A mi-mandat, le Parlement européen continue à prendre ses marques : "Les gouvernements nationaux ont beaucoup trop de pouvoir dans l'hémicycle"

Olivier le Bussy, à Strasbourg
A mi-mandat, le Parlement européen continue à prendre ses marques : "Les gouvernements nationaux ont beaucoup trop de pouvoir dans l'hémicycle"
©ABACAPRESS
Roberta Metsola prend la tête d'un Parlement européen qui a traversé une première moitié de législature pour le moins mouvementée. Il a intégré 60 % de nouveaux députés à l'issue des élections de 2019 qui, s'ils sont source de dynamisme politique, doivent aussi trouver leurs marques. Ce qui n'a pas été facilité par le fait que la pandémie de Covid-19 a obligé le Parlement à élaborer, dans l'urgence, une méthode de fonctionnement à distance.
Les résultats des élections européennes ont également signé la fin de la domination qu'exerçaient les conservateurs du PPE et le groupe des socialistes et démocrates (S&D), qui ne détiennent plus, ensemble, une majorité de sièges, et on dû faire appel aux libéraux-centristes de Renew Europe pour faire l'appoint.
Les groupes favorables à l'intégration européenne...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité