Après 300 jours passés à l'hôpital, le "pire malade du Covid" peut enfin remarcher: "J'ai continué à me battre"

Andrew Watts, 40 ans, avait contracté la maladie en décembre 2020.

Après 300 jours passés à l'hôpital, le "pire malade du Covid" peut enfin remarcher: "J'ai continué à me battre"
©BELGA

Plus d'un an après avoir contracté le Covid-19, le Britannique Andrew Watts voit enfin le bout du tunnel. Après 300 jours passés à l'hôpital, ce père de famille âgé de 40 ans peut enfin respirer sans aide et remarcher presque normalement, rapportent nos confrères de HLN.

C'est le 25 décembre 2020 qu'Andrew Watts contracte le virus. Rapidement accablé par la maladie, ce chauffeur de taxis est admis au Queen Elizabeth Hospital, dans la banlieue londonienne de Woolwich, quelques jours plus tard. C'est un véritable parcours du combattant qui s'amorce alors.

Son état se détériorant de jours en jours, Andrew Watts est plongé dans un coma artificiel début janvier, et ce, durant cinq semaines. Souffrant de deux collapsus pulmonaires, l'état du Londonien devient critique. Si bien qu'en février, les médecins, peu optimistes, appellent sa femme pour discuter de l'arrêt du respirateur grâce auquel il est maintenu en vie.

Mais le Britannique a encore de l'énergie à revendre. L'état de ses poumons commence à s'améliorer, et en juin 2021, il n'est plus placé sous respirateur. Il sort des soins intensifs en août 2021, après y avoir passé huit mois, mais reste encore hospitalisé. Le Britannique réapprend à marcher, à avaler, à manger et à parler.

"Je suis fier de m'en être sorti"

C'est seulement en novembre qu'Andrew Watts peut finalement rentrer chez lui. Un véritable miracle, pour celui que les médecins londoniens ont surnommé "le pire malade du Covid".

Il y a quelques jours, le père de famille a franchi une nouvelle étape. Il a pu officiellement respirer normalement, sans aucun tube ni aide respiratoire. Ce lundi, il a réussi à faire l'aller-retour en marchant jusqu'à l'école de son fils, un objectif qu'il s'était fixé en novembre après avoir quitté l'hôpital. "J'ai continué à me battre jusqu'à la fin, je voulais retourner auprès de mes enfants et de ma femme", explique le miraculé. "Je suis fier de m'en être sorti et d'avoir retrouvé ma vie", conclut-il.