Qui est Sue Gray, la fonctionnaire qui rend "nerveux" Boris Johnson ?

Accablé par les révélations de soirées alors que les mesures sanitaires l'interdisait, le Premier ministre britannique voit son sort suspendu à un rapport d'enquête interne, attendu sous peu.

C.C
Qui est Sue Gray, la fonctionnaire qui rend "nerveux" Boris Johnson ?
©AP

Son nom fait trembler Boris Johnson. Jusqu'à présent inconnue du grand public, l’actuelle numéro 2 du "Cabinet Office" britannique (administration chargée de coordonner l’action du gouvernement) a été chargée le 18 décembre dernier d’enquêter sur les soirées illégales données à Downing Street en 2020.

Pour rappel, Boris Johnson est empêtré dans le scandale du "Partygate", dont les révélations ne cessent de se multiplier, ce qui risque de le mener vers la sortie. Le rapport mené par Sue Gray, qui décidera de la suite de sa carrière politique, pourrait être publié ce mercredi, selon les dernières informations. Une position par ailleurs délicate pour la fonctionnaire, puisque que l'enquête concerne ses supérieurs.

"La personne la plus puissante dont nous n'ayez jamais entendu parler"

Sue Gray, 65 ans, est entrée dans la fonction publique dans les années 70 et n'a cessé de gravir les échelons. En 2012, elle devient cheffe du département "Bienséance et éthique", poste qu'elle occupera jusqu'en 2018, avant de déménager en Irlande du Nord où elle intègre le département des Finances de la nation membre du Royaume-Uni. L'année dernière, elle échoue a devenir cheffe de ce ministère, avant d'être nommée deuxième secrétaire générale du "Cabinet Office". Elle fait une pause dans sa carrière publique à la fin des années 80 pour se lancer dans la gestion d'un pub en Irlande du Nord, le "Cove bar", avec son mari, le chanteur de country Bill Conlon.

Impartiale et rigoureuse, elle est réputée pour son professionnalisme et est respectée par les parlementaires et membres du gouvernement britannique. L'ancien ministre libéral démocrate David Laws raconte dans ses mémoires ce que son collègue, le ministre Oliver Letwin, lui avait dit à son propos : "Notre pays est en fait entièrement dirigé par une dame appelée Sue Gray. Si elle n'est pas d'accord, les choses ne se produisent pas", rapporte la BBC.

En 2015, un ancien journaliste de la BBC avait d'ailleurs déclaré que Sue Gray était "la personne la plus puissante dont vous n'ayez jamais entendu parler".

D'autant plus que la fonctionnaire a de l'expérience en matière d'investigation. En 2017, c'est elle qui a mené l'enquête sur le ministre de Theresa May, Damian Green, et révélé qu'il avait menti concernant la présence d'images pornographiques dans son ordinateur de fonction, conduisant à sa démission.

En 2012, elle a aussi supervisé l'enquête autour du "Plebgate", qui a fait grand bruit à l'époque. Un proche de David Cameron, Andrew Mitchell, était accusé d'avoir traité un agent de police de "pleb" (traduisez "sale prolo" ndlr). Le secrétaire d'État avait dû démissionner un mois après l'incident, malgré ses excuses.

Raison de plus pour Boris Johnson de craindre l'influente Sue Gray. Un de ses proches a d'ailleurs déclaré dans le tabloïd The Mailque le Premier ministre était "nerveux à son propos".