Conflit en Ukraine: la Chine dit "suivre de près" la situation... sans condamner

Pékin a exhorté jeudi toutes les parties à la "retenue" après l'intervention militaire russe en Ukraine, se refusant toutefois de décrire l'attaque comme une "invasion" du pays d'Europe orientale.

Conflit en Ukraine: la Chine dit "suivre de près" la situation... sans condamner
©AFP

"La Chine suit de près les derniers développements", a indiqué Hua Chunying, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

"Nous exhortons toutes les parties à faire preuve de retenue pour éviter que la situation ne devienne hors de contrôle", a-t-elle souligné lors d'une conférence de presse régulière.

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé jeudi une "opération militaire" en Ukraine, où de puissantes explosions ont retenti peu après dans plusieurs villes, dont la capitale Kiev.

La Chine est sur une ligne de crête diplomatique sur le dossier ukrainien.

Elle ne souhaite pas s'opposer frontalement à la Russie, pays ami avec lequel elle partage certaines vues, comme une opposition à un élargissement de l'Otan. Mais Pékin ne souhaite pas non plus apparaître comme soutenant une invasion de l'Ukraine.

Interrogée, Hua Chunying a refusé de décrire l'opération militaire russe comme une "invasion" et de dire si la Chine était en contact ou non avec les dirigeants russes et ukrainiens.

"La question ukrainienne a un contexte historique très complexe" qui "est le résultat de l'effet combiné de divers facteurs", a sobrement indiqué la porte-parole.

Ces dernières semaines, la Chine a reproché aux Etats-Unis et à ses alliés occidentaux d'exacerber les tensions autour de l'Ukraine.

Dans ce contexte, l'ambassade de Chine en Ukraine a appelé jeudi ses citoyens à renforcer leur vigilance face aux "graves perturbations" dans le pays.

Elle les appelle à rester chez eux dans la mesure du possible. A ceux ceux qui décident de partir en voiture, elle leur conseille "d'accrocher clairement un drapeau chinois" sur le véhicle.

Conflit en Ukraine: la Chine dit "suivre de près" la situation... sans condamner
©DR

Sur le même sujet