Faut-il revenir sur la sortie du nucléaire? "Ce que l'on vit montre que l'on doit absolument garder une forme d'indépendance énergétique"

Ce matin, la matinale de DH Radio est revenue sur la sortie du nucléaire.

A. Dms
Faut-il revenir sur la sortie du nucléaire? "Ce que l'on vit montre que l'on doit absolument garder une forme d'indépendance énergétique"
©D.R.

Thomas Pardoen, professeur à l'UCLouvain et spécialiste du nucléaire, était l'invité de la matinale DH Radio ce matin. Il s'est dit inquiet de l'effet de l'évolution de la situation en Ukraine, qui aura un impact par rapport aux décisions que la Belgique va prendre quant au fait de tout miser sur le gaz ou non.

Faut-il changer d'avis sur la sortie du nucléaire, décidée en 2003 ? "Ce que l'on vit maintenant, c'est un élément de plus qui montre que l'on doit absolument garder une forme d'indépendance énergétique. On doit faire très attention dans les années qui viennent à éviter de tout miser sur des pays qui vont être soumis aux mêmes contraintes que nous, c'est-à-dire des importations significatives de gaz venant de Russie", estime le professeur. Selon lui, il est nécessaire de maintenir deux réacteurs au minimum dans notre pays.

Des prix qui augmenteront

Pourtant, les prix ont connu une augmentation significative ces derniers mois. "L'électricité produite par le nucléaire est la moins chère. Pourquoi est-ce que cela ne se reflète pas sur la facture du consommateur ? Ça se reflète sur la facture du consommateur qui a un contrat long terme, où les prix ont pu être maintenus bas. Le jour où l'on quittera le nucléaire, cette possibilité d'offrir des taux fixes avec une sécurité sur la facture d'électricité va disparaître", assure Thomas Pardoen.

En devenant importatrice d'énergie, la Belgique va également avoir de nouveaux coûts à prendre en compte, ce qui risque d'influer sur les prix de l'énergie. "Il faudra payer des quotas d'émissions carbone", un coût majeur selon le professeur de l'UCLouvain, qui pointe également la perte d'emploi due au nucléaire.

Pour le spécialiste du nucléaire, "la question aujourd'hui n'est plus de savoir si l'on doit prolonger des centrales nucléaires. La question, c'est combien et pendant combien de temps". Mais les centrales belges sont-elles trop vieilles ? "La norme, pour une centrale nucléaire c'est 60 ans. Un seul élément dicte la durée de vie d'une centrale nucléaire : la qualité de la cuve", note le professeur.

Revoir l'émission :