"On savait qu’une attaque pouvait survenir à tout moment, mais on vivait dans l’insouciance pour ne pas paniquer" : un Belge vivant à Kiev témoigne

Nicolas Impellizzeri fait partie des Belges qui vivent en Ukraine. Comme beaucoup d'expatriés internationaux, il poste sur sa page Facebook des messages pour tenir ses proches au courant de l'évolution de la situation en Ukraine.

"On savait qu’une attaque pouvait survenir à tout moment, mais on vivait dans l’insouciance pour ne pas paniquer" : un Belge vivant à Kiev témoigne
©MAXPPP

"Les différentes ambassades à Kiev ont recommandé de ne pas bouger de nos habitations, le temps que la situation se clarifie. C'est ce que nous allons faire", écrivait ce jeudi sur Facebookle belge Nicolas Impellizzeri, après l'attaque de la Russie. "Devant l'afflux considérable de personnes vers les zones frontalières, il faudrait plusieurs jours pour être capable de passer la frontière".

Le Belge, interrogé par nos confrères de Sudinfo, vit à Kiev depuis 2020. Sur Facebook, il a expliqué que les magasins, les stations-service et les distributeurs de billets avaient été pris d'assaut dès le début de journée. "Par chance, on avait fait le nécessaire à l'avance, comme on nous l'avait maintes et maintes fois recommandé", ajoute-t-il. Sur les réseaux sociaux, des photos et vidéos montrant de longues files ont été postées à plusieurs reprises.

"Pour l'instant, tout se passe bien pour nous, mais on est un peu sous le choc", continue le Belge. "On savait qu'une attaque pouvait survenir à tout moment, mais on vivait dans l'insouciance pour ne pas paniquer inutilement. Hier encore, on était au resto et on a bu quelques verres, de même que de nombreux autres Ukrainiens et expatriés".

Il conclut : "À part ça, le moral est toujours au top et on ne se sent nullement menacés pour notre vie, nos plans de secours ont été activés. (...) Les Ukrainiens sont remontés et attendent les Russes de pied ferme, ça ne sera pas une partie de plaisir pour eux !".

Sur le même sujet