Un bateau russe intercepté dans la Manche

Un bateau de commerce transportant des véhicules vers Saint-Petersbourg, soupçonné d'appartenir à une entreprise russe visée par les sanctions prises par l'UE contre Moscou, a été dérouté vers Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), a indiqué samedi à l'AFP la préfecture maritime.

Un bateau russe intercepté dans la Manche
©Shutterstock

Un patrouilleur de la douane, appuyé par une vedette de gendarmerie et un patrouilleur de la marine, a escorté le roulier Baltic Leader, parti de Rouen sous pavillon russe, a précisé Véronique Magnin, officier de communication régional pour la préfecture maritime.

Ce bateau de 127 mètres est "fortement soupçonné d'être lié à des intérêts russes visés par les sanctions", a précisé la même source, soulignant que cette mesure, signe de "fermeté", était "rare" dans cette zone.

"Le navire de commerce russe a été coopératif", a affirmé Mme Magnin.

La douane mène actuellement des auditions et investigations à bord afin de confirmer ces liens.

L'ambassade russe à Paris, informée par un appel d'urgence du capitaine, a indiqué avoir "immédiatement contacté les autorités françaises pour demander des éclaircissements", a déclaré le porte-parole de l'ambassade, Alexandre Makagonov, cité par l'agence de presse officielle TASS.

Le ministre français des Comptes publics Olivier Dussopt "félicite la douane", a indiqué son cabinet, ajoutant que "cette procédure" était "conforme aux instructions qu'il a données avec (le ministre des Finances, NDLR) Bruno Le Maire aux services de Bercy pour la mise en oeuvre des sanctions".

Le PDG du port Jean-Jacques Puissesseau, a indiqué n'avoir "jamais vu" une telle opération en 20 ans d'activité.

L'Union européenne a adopté jeudi un paquet de sanctions sans précédent contre la Russie en réponse à l'invasion de l'Ukraine, peu avant que Londres et Washington ne durcissent les restrictions à leur tour, sans pour autant prendre de mesures radicales.

Le président russe Vladimir Poutine et son ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov sont désormais visés, outre 26 personnalités du monde des affaires.

Sur le même sujet