Face à l'invasion russe en Ukraine, l'Allemagne s'arme : les annonces du chancelier Scholz

Le Chancelier allemand, Olaf Scholz s'est exprimé au Bundestag ce dimanche lors d'une séance extraordinaire. Il a fait plusieurs annonces à propos de la guerre en Ukraine.

Rédaction avec AFP

"Avec l'invasion de l'Ukraine, nous sommes entrés dans une nouvelle ère", a d'abord débuté Olaf Scholz devant les députés allemands. En Ukraine, "les gens ne défendent pas seulement leur patrie. Ils se battent pour la liberté et leur démocratie. Pour des valeurs que nous partageons avec eux", justifiant ensuite une série de nouvelles mesures.

Hausse des dépenses militaires

L'Allemagne a annoncé dimanche une nette augmentation de ses dépenses militaires dans les années à venir et le déblocage immédiat d'une enveloppe de 100 milliards d'euros pour moderniser son armée, sous-équipée.

"Nous allons à partir de maintenant, d'année en année, investir plus de 2% de notre Produit intérieur brut dans notre défense", a déclaré le chancelier Olaf Scholz lors d'une séance exceptionnelle à la chambre des députés.

Cette annonce va au-delà de l'objectif que se sont fixé les pays de l'Otan, à savoir tendre vers 2% du PIB national.

Il s'agit d'un revirement de taille pour l'Allemagne, qui ces dernières années traînait des pieds pour se conformer aux engagements de l'Alliance atlantique dans ce domaine, s'attirant régulièrement les foudres des Etats-Unis.

Dès cette année, le gouvernement entend débloquer une enveloppe "exceptionnelle" de 100 milliards d'euros pour aider aux investissements dont la Bundeswehr a cruellement besoin.

L'Allemagne, depuis la fin de la Guerre froide, a nettement réduit les effectifs de son armée, passés de 500.000 personnes environ lors de la Réunification du pays en 1990 à tout juste 200.000 aujourd'hui. Par ailleurs, les responsables militaires se plaignent régulièrement de pannes sur leurs avions de chasse, navires de guerre ou chars.

L'invasion de l'Ukraine a agi comme un électrochoc dans un pays pétri de pacifisme depuis les horreurs nazies. Le chef de l'Armée de terre lui-même, suite au déclenchement de la guerre en Ukraine par Moscou, a admis que la Bundeswehr était "nue".

Deux nouveaux terminaux gaziers en réponse au conflit

Le chancelier allemand Olaf Scholz a annoncé dimanche que deux nouveaux terminaux de gaz naturel liquéfié (GNL) seront construits en réponse au conflit ukrainien et dans le but de réduire la dépendance de l'Allemagne au gaz russe. Les terminaux seront construits à Brunsbüttel et Wilhelmshaven, dans le nord du pays, a-t-il précisé.

En réponse à l'invasion de l'Ukraine par la Russie, l'Allemagne a décidé de suspendre le projet de pipeline gazier Nord Stream 2 qui devait acheminer du gaz russe vers l'Allemagne via la mer Baltique.

L'Allemagne a l'intention d'abandonner sa production d'énergie nucléaire d'ici la fin de l'année, ce qui amène les observateurs à se demander comment la plus grande économie d'Europe pourra satisfaire tous ses besoins énergétiques.

Ouvert à des négociations avec la Russie

Tout comme la Belgique, l'Allemagne a décidé de fermer son espace aérien aux avions russes à partir de dimanche après-midi à 15h00, a aussi indiqué le ministre fédéral des Transports.

Pourtant, le chancelier s'est dit ouvert à des discussions avec la Russie malgré l'invasion de l'Ukraine, tout en agitant la menace de nouvelles sanctions occidentales contre Moscou. "Nous ne refuserons pas de discuter avec la Russie. Même dans cette situation extrême, il est du devoir de la diplomatie de maintenir ouverts les canaux de discussion", a-t-il assuré. Il a cependant averti que les Occidentaux "se réservaient "le droit d'imposer" de nouvelles sanctions à Moscou après deux paquets adoptés en quelques jours.