"C’est un moment charnière pour notre Union": l’Europe s’empresse d’être au rendez-vous de l’histoire

Connue pour sa lenteur bureaucratique et ses divisions internes, l’Union a créé la surprise, sans doute aussi pour Vladimir Poutine, qui pariait sur une désunion des Vingt-sept qui se traduirait par des mesures de façade.

L'Union européenne n'est plus la même. En annonçant dimanche soir des nouvelles sanctions contre la Russie, si inédites qu'elles semblaient encore inimaginables il y a une semaine, en s'insurgeant comme jamais contre la guerre de la désinformation du Kremlin, en fermant son espace aérien aux avions russes, en décidant d'armer l'Ukraine, elle s'est comportée comme une puissance géopolitique. "C'est un moment charnière pour notre Union", annonçait dimanche après-midi Ursula von...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité