Boris Johnson réagit à l'attaque de la centrale nucléaire: "Des actions irresponsables qui menacent directement la sécurité de toute l'Europe"

Les niveaux de radioactivité restent inchangés sur le site de la centrale.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a dénoncé vendredi dans un communiqué les "actions irresponsables" du président russe Vladimir Poutine, qui peuvent "menacer directement la sécurité de toute l'Europe", après le bombardement d'une centrale nucléaire par les forces russes en Ukraine.

A l'issue d'un entretien téléphonique avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, M. Johnson a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU "dans les prochaines heures".

L'incendie n'a fait aucune victime, selon les secours ukrainiens. Et aucune fuite radioactive n'a été détectée, selon le régulateur nucléaire.

Selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky, ce sont des chars russes qui ont ouvert le feu sur la centrale de Zaporojie (qui peut également s'orthographier Zaporojjia en français).

"Ces chars sont équipés de viseurs thermiques donc ils savent ce qu'ils font, ils s'étaient préparés", a-t-il affirmé dans une vidéo publiée par la présidence ukrainienne.

Les niveaux de radioactivité restent inchangés sur le site de la centrale, qui compte six réacteurs nucléaires et fournit une grande partie de l'énergie du pays, a indiqué de son côté l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), selon qui aucun équipement "essentiel" n'a été endommagé.

L'Otan condamne aussi

Le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a condamné vendredi les bombardements "irresponsables" des forces russes qui ont touché la centrale nucléaire de Zaporojie et a appelé à mettre fin à la guerre.

"L'attaque contre une centrale nucléaire démontre le caractère irresponsable de cette guerre et la nécessité d'y mettre fin", a déclaré M. Stoltenberg, lors d'une brève intervention au coté du secrétaire d'Etat américain Antony Blinken, avant une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangères de l'Alliance.

M. Blinken a rappelé que l'Otan était prête à se défendre si la guerre en Ukraine venait à elle. "Notre alliance est défensive, nous ne cherchons pas le conflit. Mais si le conflit vient à nous, nous sommes prêts à défendre chaque centimètre carré de l'Otan", a-t-il déclaré.

L'Union européenne va discuter vendredi de la possibilité d'imposer de nouvelles sanctions contre Moscou qui concerneraient ses achats de gaz et de pétrole et permettent de financer l'effort de guerre de la Russie, a annoncé le chef de la diplomatie européenne.

"Cette guerre est totalement injustifiée (...) nous devons rester unis et prêts à agir", a affirmé Josep Borrell à son arrivée pour la réunion à l'Otan à laquelle il a été invité.

"Vous avez pu constater que tout était sur la table, car certaines mesures auxquelles personne ne s'attendait ont été prises. Tout reste donc sur la table", a-t-il déclaré en réponse à une question sur les importations européennes de gaz et pétrole russes.

Josep Borrell présidera en début d'après-midi une réunion d'urgence des ministres des Affaires étrangère de l'UE à laquelle participeront leurs homologues américain, canadien et britannique, ainsi que Jens Stoltenberg.

La Turquie a empêché l'organisation d'une réunion commune Otan et UE en raison de son contentieux avec Chypre, pays non membre de l'Alliance, et a contraint à organiser deux réunions, ont déploré les diplomates des deux organisations.

Sur le même sujet