"Les couloirs humanitaires en Ukraine ne sont pas la solution", selon Médecins Sans Frontières

Pour l'organisation, l'instauration de couloirs humanitaires peut paradoxalement conduire à des bombardements contre les civils.

Au 13ème jour de l'offensive russe en Ukraine, l'évacuation des civils du pays est au centre des négociations. Ce lundi, la Russie a proposé d'évacuer les civils ukrainiens via des couloirs humanitaires à destination de la Russie et de la Biélorussie, ce que Kiev a refusé. Plus tard dans la journée, Moscou a promis des cessez-le-feu locaux ce mardi afin de permettre l'évacuation des civils en provenance de Kiev, ainsi que des villes de Soumy, Kharkiv, Tcherniguiv et Marioupol. Les nouveaux itinéraires n'ont cependant pas été précisés.

Pour Médecins Sans Frontières Belgique, dont la porte-parole Valérie Michaux était invitée sur la matinale de Bel RTL ce mardi matin, ces couloirs humanitaires ne sont cependant pas la solution. "Aujourd'hui nous savons, et nous l'avons vu dans d'autres conflits, qu'une fois que le délai d'évacuation des civils est dépassé, il peut y avoir des bombardements indiscriminés et extrêmement violents", explique-t-elle.

L'organisation prône plutôt des "zones sécurisées en tout moment et en tout lieu" pour les civils. "La solution est de s'assurer qu'à tout moment, les civils puissent fuir en toute sécurité".

"La guerre a ses règles et ces règles doivent être respectées. Aujourd'hui, on constate que ce n'est pas suffisamment le cas", a conclu Valérie Michaux.