La mère d'un djihadiste du Bataclan condamnée pour financement du terrorisme

À l'audience, Fatima Hajji avait affirmé ne pas avoir "soutenu la cause" mais "soutenu (son) fils, sa femme et son futur enfant", qui avaient "besoin" d'argent "pour survivre".

La mère d'un djihadiste du Bataclan condamnée pour financement du terrorisme
©BELGA

La mère d'un des djihadistes du Bataclan a été condamnée mercredi à Paris à quatre ans de prison dont 18 mois ferme pour avoir envoyé de l'argent à son fils en zone irako-syrienne avant les attentats du 13-Novembre. Foued Mohamed Aggad, tué dans l'assaut des forces de l'ordre au Bataclan, était parti en Syrie fin 2013 à 21 ans avec la filière dite strasbourgeoise, avant de revenir en France à l'automne 2015 pour participer aux attaques du 13 novembre 2015 qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis, revendiquées par l'État islamique (EI).

Sa mère, Fatima Hajji, 54 ans, a été reconnue coupable de financement du terrorisme, pour avoir, entre début 2014 et août 2015, collecté puis envoyé plus de 13.000 euros via six mandats à son fils et sa compagne, ainsi qu'un colis.

La partie ferme de la peine devra être purgée sous bracelet électronique, a décidé le tribunal, qui a aussi condamné la prévenue à une amende de 2.500 euros.

Concernant la peine d'emprisonnement, la 16e chambre correctionnelle est allée au-delà des réquisitions du parquet national antiterroriste qui avait demandé, lors du procès le 4 mars, quatre ans de prison, dont un an ferme, ainsi que 5.000 euros d'amende.

À l'audience, Fatima Hajji avait affirmé ne pas avoir "soutenu la cause" mais "soutenu (son) fils, sa femme et son futur enfant", qui avaient "besoin" d'argent "pour survivre".

Dans sa décision, le tribunal a, au contraire, retenu la "gravité des faits sur une longue période", soulignant que les envois représentaient une "somme considérable" qui, "loin de constituer un simple secours, avait permis à (son) fils de s'élever dans la hiérarchie du groupe terroriste".

Pour le tribunal, "en contact de manière quasi-quotidienne" avec Foued Mohamed Aggad, elle avait "parfaitement conscience" d'apporter son "aide" à un "combattant d'un groupe salafiste" et, malgré les attentats revendiqués, elle n'a pas "interrompu" ses envois, "ce qui dénote une forme de soutien à la cause djihadiste".

A décharge, la juridiction a rappelé que la prévenue était la mère du djihadiste, qu'elle n'avait pas de casier judiciaire et qu'elle était le soutien de ses propres parents âgés.

Le tribunal a en outre condamné Hajira Belkhir, la compagne de Foued Mohamed Aggad, à dix ans d'emprisonnement pour association de malfaiteurs terroriste, émettant un mandat d'arrêt contre cette femme, présumée morte en Syrie.