Ukraine: les Occidentaux demandent une réunion d'urgence du Conseil de sécurité, une image satellite accable la Russie

Revivez notre fil info sur la situation en Ukraine de ce mercredi 16 mars.

En dépit de nouveaux pourparlers entre Kiev et Moscou, qualifiés par le président ukrainien de "plus réalistes", les forces russes resserrent leur étau autour des grandes villes ukrainiennes, 21 jours après avoir envahi le territoire.

Le président Volodymyr Zelensky a dressé un discours durant l'après-midi au Congrès américain, interpellant directement son homologue Joe Biden. Ce dernier a annoncé une rallonge d'un milliard de dollars d'aide militaire supplémentaire pour l'Ukraine.

Le fil info de la journée de mercredi:

23h45 : Une image satellite du théâtre touché ce mercredi à Marioupol intrigue

Un théâtre qui abritait "des centaines" de civils" à Marioupol a été détruit dans l'explosion d'une bombe larguée par un avion russe, a indiqué la mairie de la ville ukrainienne.

La société américaine de technologies spatiales Maxar Technologies, spécialisée dans l'imagerie satellite, a publié mercredi une photo du théâtre prise lundi, selon elle.

D'après la photo consultée par l'AFP, le mot "enfants" était écrit sur le sol, en immenses lettres blanches et en russe, devant et derrière le bâtiment.

Ukraine: les Occidentaux demandent une réunion d'urgence du Conseil de sécurité, une image satellite accable la Russie
©AP

"L'avion a largué une bombe sur le bâtiment où s'abritaient des centaines de civils. Il est impossible d'établir le bilan dans l'immédiat car les bombardements des quartiers d'habitation se poursuivent", selon la mairie.

Le ministère russe de la Défense a pour sa part démenti avoir bombardé le théâtre, mettant l'explosion sur le compte du bataillon nationaliste ukrainien Azov.

Moscou avait déjà mis en cause cette unité militaire lors du bombardement de la maternité de Marioupol la semaine dernière, qui avait suscité un tollé international.

23h30 : Les Occidentaux demandent une réunion d'urgence du Conseil de sécurité jeudi après-midi

Le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l'Albanie, la France, la Norvège et l'Irlande ont demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU jeudi après-midi sur l'Ukraine en raison de la dégradation de la situation humanitaire dans le pays, a appris l'AFP mercredi de sources diplomatiques. "La Russie commet des crimes de guerre et vise les civils", a estimé la mission diplomatique britannique aux Nations Unies sur son compte Twitter. "La guerre illégale de la Russie en Ukraine est un danger pour nous tous" a-t-elle ajouté en appelant à une réunion en urgence.

23h00 : Le Canada interdit les chaînes RT et RT France

Le Canada a interdit officiellement mercredi aux fournisseurs de services de distribuer les chaînes d'information russe RT (ex-Russia Today) et RT France, estimant que leur programmation n'est pas dans "l'intérêt du public"

"La liberté d'expression et la diversité des points de vue sont des éléments essentiels de notre démocratie. Cependant, le fait d'être diffusé au Canada est un privilège et non un droit", a estimé Ian Scott, président du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

21h20 : Les mots de Biden sur Poutine "inacceptables et impardonnables" pour le Kremlin

Le Kremlin a jugé mercredi "inacceptables et impardonnables" les mots du président américain Joe Biden qui a qualifié pour la première fois son homologue russe Vladimir Poutine de "criminel de guerre" pour son offensive en Ukraine. "Nous considérons comme inacceptable et impardonnable une telle rhétorique du chef de l'Etat, dont les bombes ont tué des centaines de milliers de personnes dans le monde entier", a déclaré le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov, cité par les agences TASS et Ria Novosti.

20h50 : Cinq morts dont trois enfants dans une frappe à Tcherniguiv

Cinq corps dont ceux de trois enfants ont été retrouvés mercredi dans les décombres d'un immeuble d'habitation touché par une frappe à Tcherniguiv, dans le nord de l'Ukraine, ont annoncé les secouristes.

"En déblayant les décombres d'un logement collectif, les secouristes ont sorti cinq corps, dont ceux de trois enfants", ont indiqué les services de secours sur Telegram, tandis que les forces armées ukrainiennes ont publié des photos de l'immeuble à la façade éventrée.

Dans la matinée, dix personnes qui faisaient la queue pour acheter du pain ont été tués dans des tirs. Le Parquet ukrainien a ouvert une enquête pour "meurtres prémédités" commis à l'aide d'"armes à feu".

Tcherniguiv, localité stratégique située au nord de Kiev et proche de la frontière avec le Bélarus, pays allié de la Russie, a été fortement pilonnée par l'aviation russe depuis le déclenchement, le 24 février, de l'offensive de Moscou contre l'Ukraine.

20h30 : Enquête en France pour crime de guerre après la mort d'un journaliste franco-irlandais en Ukraine

Une enquête a été ouverte en France sur un possible crime de guerre après la mort lundi en Ukraine de Pierre Zakrzewski, un journaliste franco-irlandais, a indiqué mercredi le parquet antiterroriste (Pnat), compétent en matière de crimes contre l'humanité, sollicité par l'AFP.

Le Pnat a indiqué que l'enquête, rendue possible par la nationalité française du journaliste, est ouverte pour "atteinte volontaire à la vie d'une personne protégée par le droit international" et "attaque délibérée contre une personne civile qui ne participe pas directement aux hostilités".

Pierre Zakrzewski, un cameraman franco-irlandais de Fox News, et Oleksandra Kuvshynova, une Ukrainienne qui l'accompagnait, sont morts lundi à Horenka, au nord-ouest de la capitale, "quand leur véhicule a été la cible de tirs", a indiqué dans un communiqué la PDG de Fox News Media, Suzanne Scott, ajoutant qu'ils étaient avec le reporter Benjamin Hall, qui a été blessé.

L'enquête a été confiée aux gendarmes de l'Office central de lutte contre les crimes contre l'humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCH).

20h13 : Le maire de Melitopol enlevé par les Russes libéré

Le maire de Melitopol, dans le sud de l'Ukraine, enlevé le 11 mars par les Russes, a été libéré, ont annoncé les autorités ukrainiennes. Dans une vidéo postée sur Telegram, le président ukrainien Volodymyr Zelensky lui parle au téléphone et se dit "content d'entendre la voix d'un homme vivant". "Je vais beaucoup mieux. Merci de ne pas m'avoir abandonné. Il me faut un ou deux jours pour me remettre et ensuite je suis à vos ordres pour contribuer à notre victoire", lui répond le maire Ivan Fedorov.

Ce dernier avait été arrêté au moment où il se trouvait au centre de crise de sa ville pour s'occuper de questions d'approvisionnement. Le lendemain, Volodymyr Zelensky avait appelé son homologue français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz pour leur demander d'aider à faire libérer M. Fedorov.

Un autre maire, celui de la ville de Dniproroudné, également dans le sud, a été capturé dimanche. Ces enlèvements ont été condamnés par l'Union européenne.

20h06 : Poutine est "un criminel de guerre", dit Biden

Le président américain Joe Biden a pour la première fois qualifié mercredi le président russe Vladimir Poutine, qui a lancé l'invasion de l'Ukraine, de "criminel de guerre". Des propos qu'il a tenu à une journaliste qui l'interrogeait alors qu'il quittait un événement consacré à la lutte contre les violences conjugales à la Maison Blanche.

19h01 : La Cour européenne des droits de l'homme suspend l'examen de toutes les requêtes concernant la Russie

18h44 : Un théâtre abritant "des centaines" de civils touché par une frappe russe à Marioupol

Un théâtre abritant "des centaines de civils" a été fortement endommagé par une frappe aérienne russe à Marioupol, a annoncé mercredi la mairie de cette ville assiégée dans le sud-est de l'Ukraine.

"L'avion a largué une bombe sur le bâtiment où s'abritaient des centaines de civils. Il est impossible d'établir le bilan dans l'immédiat, car les bombardements des quartiers d'habitation se poursuivent", a écrit la mairie sur Telegram en publiant une photo du théâtre, dont la partie centrale est détruite.


18h03: Biden confirme 1 milliard de dollars d'aide militaire supplémentaire pour l'Ukraine

Le président des Etats-Unis Joe Biden a confirmé mercredi l'envoi de 800 millions de dollars d'aide militaire supplémentaire à l'Ukraine, soit une enveloppe "sans précédent" d'un milliard de dollars en une semaine pour soutenir l'armée ukrainienne face à l'invasion russe.

"A la demande" du président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui s'est adressé dans la matinée au Congrès américain, "nous aidons l'Ukraine à se doter de systèmes de défense antiaérienne supplémentaires et de plus longue portée", a-t-il dit lors d'une courte allocution, précisant que cette nouvelle aide incluerait aussi des drones.

Joe Biden a détaillé l'assistance militaire, massive, que va recevoir l'Ukraine: 800 systèmes de défense anti-aérienne "Stinger", 9.000 systèmes anti-char, environ 7.000 armes légères (fusils, armes automatiques, pistolets, etc.), 20 millions de munitions, et 100 drones.

17h56 : La Russie bloque de nouveaux sites internet, dont celui de Bellingcat

La Russie continue de réprimer la diffusion d'informations indépendantes sur internet. Le régulateur des médias russe, Roskomnadsor, a bloqué mercredi plus de trente sites. En ce compris, la plateforme de recherche Bellingcat, un site web de journalisme d'investigation spécialisé dans la vérification des faits et le renseignement d'origine source ouverte (open source). La page d'accueil du journal russe Novye Izvestia en ligne a été mise sur liste noire, tout comme un site d'information israélien en langue russe. Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine il y a trois semaines, la plupart des médias indépendants ont été interdits.

17h25 : 691 civils ukrainiens ont été tués depuis le début de la guerre

Selon les dernières mises à jour des Nations Unies, la guerre en Ukraine aurait causé la mort de 691 civils jusqu'à maintenant. L'organisme fait également état de 1.143 civils blessés dans les frappes, tirs et bombardements russes.

17h04 : Le parlement européen se prépare à héberger une ONG ukrainienne

La présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, remettra jeudi les clés de la station Europe à l'ONG ukrainienne Promote Ukraine. L'ONG disposera d'un étage du bâtiment aménagé derrière la façade préservée de l'ancienne gare du Quartier Léopold, au pied du parlement européen, à Bruxelles, pour coordonner ses activités, comme l'organisation de manifestations et de conférences de presse. Cette organisation se mobilise aussi pour fournir une assistance psychologique et administrative aux réfugiés ukrainiens en Belgique.

"Nous faisons tout ce que nous pouvons pour offrir notre soutien aux Ukrainiens, dont le courage nous impressionne. Offrir cet espace à la lutte ukrainienne est un acte concret de solidarité", a déclaré Roberta Metsola, dans un communiqué de presse. Le bâtiment du Parlement sera à la disposition des Ukrainiens jusqu'à la fin du mois de juin, mais une prolongation est possible.

17h03 : MSF intensifie ses activités en Ukraine et appelle aux dons

Vu l'ampleur des besoins actuellement en Ukraine, en constante augmentation depuis le début de l'invasion russe, l'organisation médicale humanitaire d'urgence Médecins Sans Frontières (MSF) a décidé d'intensifier sa réponse, annonce-t-elle mercredi. MSF lance également un appel à la générosité des Belges. "Les pénuries, notamment médicales, augmentent de façon spectaculaire, l'intensification de cette guerre entraîne des ruptures d'approvisionnement", explique Kristel Eerdekens, directrice-adjointe de MSF. "La priorité de MSF est de réapprovisionner les hôpitaux. C'est une véritable course contre la montre pour acheminer les fournitures médicales d'urgence adéquates aux bons endroits, le plus rapidement possible."

17h02 : Frappe russe contre des civils fuyant à Marioupol, des morts

Des frappes russes contre des civils fuyant Marioupol, ville assiégée du sud-est de l'Ukraine, ont fait mercredi "des morts" et des blessés, dont un enfant grièvement atteint, a annoncé l'armée ukrainienne. Un convoi de civils qui était en route de Marioupol vers Zaporojie a été visé par des tirs au lance-roquettes multiple Grad vers 15H30 (13H30 GMT), a indiqué l'armée sur Telegram, publiant la photo d'un enfant blessé et ensanglanté.

"Selon un premier bilan, il y a des morts", a-t-elle ajouté. Après une série d'échecs, faute de cessez-le-feu russo-ukrainien, les évacuations se sont accélérées à Marioupol, alors que dans ce port stratégique, les habitants manquent d'eau et de nourriture.Le couloir humanitaire emprunté par les convois de véhicules relie Marioupol à Zaporojie plus au nord, via Berdiansk, soit environ 270 km de route.

16h53 : La Russie bloque le site de la BBC et promet d'autres répliques dans la "guerre de l'information"

Les autorités russes ont annoncé mercredi avoir bloqué le site de la BBC et promis d'autres répliques dans la "guerre de l'information", lancée selon Moscou par l'Occident depuis l'offensive militaire russe en Ukraine.

Le régulateur russe "Roskomnadzor a bloqué en Russie le site de BBC News. Je pense que ce n'est que la début des répliques à la guerre de l'information lancée par l'Occident contre la Russie", a déclaré la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, sur la messagerie Telegram.

16h40: La CIJ ordonne à Moscou de suspendre son invasion en Ukraine

La Cour internationale de justice (CIJ), plus haut tribunal de l'ONU, a ordonné mercredi à la Russie de suspendre immédiatement ses opérations militaires en Ukraine. "La Fédération de Russie doit suspendre immédiatement les opérations militaires qu'elle a commencées le 24 février 2022 sur le territoire ukrainien", a déclaré Joan Donoghue, juge présidente de la CIJ, dont le siège se situe à La Haye.

16h28: L'Otan va renforcer son dispositif militaire en Europe de l'Est, mais ne va pas se déployer en Ukraine

L'Otan va renforcer substantiellement son dispositif militaire en Europe de l'Est face à la Russie, a annoncé mercredi le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg. Le commandant suprême des forces alliées en Europe (Saceur), le général américain Tod Wolters, a été chargé par les ministres de la Défense des trente pays alliés de préparer différentes options pour un renforcement du dispositif militaire sur le flanc est de l'Otan, en particulier en Roumanie, en Bulgarie, en Hongrie et en Slovaquie - quatre pays qui partagent une frontière commune avec l'Ukraine.

Ces propositions militaires seront alors soumises d'ici quelques semaines aux dirigeants alliés pour approbation en juin, a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse clôturant une réunion extraordinaire des ministres de la Défense alliés à Bruxelles uniquement consacrée à la guerre en Ukraine et à la réponse à apporter par l'Alliance et ses partenaires.

Mais Jens Stoltenberg a précisé qu'il n'y aurait "pas de déploiement terrestre ou aérien de l'Otan en Ukraine".

16h17 : Le Conseil de l'Europe exclut officiellement la Russie

Le Conseil de l'Europe, garant de l'état de droit sur le continent, a exclu officiellement mercredi la Russie, une décision historique prise au lendemain de l'annonce par Moscou que le pays claquait la porte de cette organisation.

L'exclusion a été décidée mercredi matin au cours d'une "réunion extraordinaire" du Comité des ministres, l'organe exécutif de l'organisation, au lendemain d'un vote consultatif de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE). Celle-ci s'était prononcée pour l'exclusion de la Russie.

16h09 : L'OMS n'a jamais vu autant d'attaques sur le système de santé qu'en Ukraine

L'Organisation mondiale de la santé a affirmé mercredi n'avoir jamais vu autant d'attaques sur le sytème de santé qu'en ce moment en Ukraine. "Le système de santé est devenu une cible (...). Cela commence à faire partie de la stratégie et des tactiques de la guerre. C'est totalement inacceptable, c'est contraire au droit humanitaire international", a déclaré le chef des urgences de l'OMS, Michael Ryan, en conférence de presse.

15h20 : Plus de 3 millions de personnes ont fui l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe

Le nombre de réfugiés ayant fui l'Ukraine s'élève à 3,06 millions depuis le début de l'invasion russe, selon un décompte du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) publié mercredi. La plupart - près de 1,9 million - ont trouvé refuge en Pologne, dont un peu plus de 66.000 personnes pour la seule journée de mardi, selon les garde-frontières polonais.

Il n'y a, pour l'instant, pas d'informations quant au nombre de ces réfugiés qui ont depuis quitté la Pologne pour un autre pays. Un peu plus de 467.000 personnes ont rejoint la Roumanie, 344.454 la Moldavie et 272.943 la Hongrie.

En Belgique, le 10.000e réfugié ukrainien a été enregistré aujourd'hui.

15h18 : Premier contact à haut niveau entre Washington et Moscou depuis le début de l'invasion

Le conseiller de Joe Biden pour la sécurité nationale Jake Sullivan s'est entretenu mercredi avec le secrétaire du Conseil de sécurité russe Nikolaï Patrouchev, lors du premier échange officiel de haut niveau entre les Etats-Unis et la Russie depuis l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février.

"M. Sullivan a dit au général Patrouchev que si la Russie est sérieuse au sujet de la diplomatie, alors Moscou doit cesser d'attaquer les villes ukrainiennes", a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué.

Le conseiller du président américain a aussi "réitéré l'opposition ferme et claire des Etats-Unis à l'invasion gratuite et injustifiée de l'Ukraine par la Russie", selon ce compte-rendu.

Il a promis de "continuer à en faire payer le prix à la Russie, de soutenir la défense de la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, et de renforcer le flanc oriental de l'Otan", a ajouté la présidence américaine.

"M. Sullivan a aussi mis en garde le général Patrouchev au sujet des conséquences et implications d'une éventuelle décision russe d'avoir recours à des armes chimiques ou biologiques en Ukraine", a conclu la Maison Blanche.

15h01: Le réseau électrique ukrainien est "connecté" au réseau européen

Les réseaux électriques de l'Ukraine et de la Moldavie ont été synchronisés avec le réseau européen. "Cela aidera l'Ukraine à maintenir la stabilité de son système électrique et à garder les lumières allumées. Il s'agit d'une étape historique pour nos relations - dans ce domaine, l'Ukraine fait désormais partie de l'Europe !", a tweeté Kadri Simson, commissaire européenne pour l'Energie.

14h51: L'opération militaire russe en Ukraine est un "succès", selon Poutine

Après avoir estimé que l'opération militaire russe en Ukraine était un "succès", Poutine a précisé que Moscou ne laisserait jamais l'Ukraine devenir une "tête de pont" menaçant la Russie.

Le chef du Kremlin assure que le "blitzkrieg" économique occidental contre la Russie a échoué et compare l'attitude des Occidentaux à l'égard des Russes à des "pogroms".

14h05: "Etre le leader du monde, c'est être le leader de la paix"

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a reçu mercredi une ovation debout de la part du Congrès des Etats-Unis avant son allocution par visioconférence. "Slava Ukraina", "Gloire à l'Ukraine", a lancé la présidente de la Chambre des représentants pour introduire son discours.

Zelensky a dressé un parallèle entre la guerre menée par Moscou en Ukraine et les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis ainsi que l'attaque de l'aviation japonaise contre la base américaine de Pearl Harbor en 1941. "Dans votre grande Histoire, vous avez des pages qui vous permettent de comprendre les Ukrainiens", a-t-il lancé, "Souvenez-vous de Pearl Harbor, ce terrible matin du 7 décembre 1941, quand votre ciel était assombri par les avions qui vous attaquaient", "souvenez-vous du 11-Septembre, ce terrible jour de 2001", a-t-il ajouté. "Cette terreur, l'Europe ne l'a pas vécue depuis 80 ans".

Le président ukrainien a aussi interpellé son homologue américain Joe Biden: "En tant que leader de ma nation, je m'adresse au président Biden", a-t-il lancé, s'exprimant en anglais à la fin de son discours par visioconférence. "Vous êtes le leader d'une nation, de votre grande nation. Je souhaite que vous soyez le leader du monde. Etre le leader du monde, c'est être le leader de la paix", a-t-il martelé, en T-shirt kaki depuis l'Ukraine, après avoir à la fois remercié Joe Biden pour son aide mais aussi imploré les Américains et leurs alliés occidentaux de faire davantage pour sauver son pays face à l'invasion russe.

13h55: Dix civils tués par des tirs russes à Tcherniguiv

Dix personnes qui faisaient la queue pour acheter du pain ont été tuées mercredi matin par des tirs russes à Tcherniguiv, dans le nord de l'Ukraine, a annoncé le parquet général ukrainien. "Des militaires russes ont tiré sur des personnes qui faisaient la queue pour acheter du pain près d'une épicerie dans un quartier d'habitation de Tcherniguiv. Selon un premier bilan, 10 civils ont été tués", a annoncé dans un communiqué le parquet.

Sur les réseaux sociaux circulent depuis plusieurs heures des images montrant des corps étendus au sol, dans un quartier résidentiel de la ville.

12h49 : Le gendarme russe des télécoms bloque les sites d'au moins dix médias

Le gendarme russe des télécoms Roskomnadzor a bloqué les sites d'au moins 13 médias supplémentaires, a constaté mercredi l'AFP, au moment où Moscou renforce son contrôle sur les informations publiées en ligne sur le conflit en Ukraine. Les sites du média d'investigation Bellingcat, de médias locaux russes, ainsi que de médias russophones basés en Israël et en Ukraine étaient inaccessibles mercredi en Russie sans réseau privé virtuel (VPN), ont constaté des journalistes de l'AFP. Ces sites apparaissent par ailleurs désormais sur la liste officielle des ressources bloquées par Roskomnadzor.

12h03 : Les trois Premiers ministres européens sont arrivés en Pologne après leur visite à Kiev

Les Premiers ministres polonais, tchèque et slovène sont arrivés mercredi matin en Pologne, au lendemain de leur visite à Kiev destinée à manifester leur solidarité avec l'Ukraine, a annoncé le gouvernement polonais. "Les délégations de la Pologne, de la Slovénie et de la République Tchèque sont rentrées sans encombre sur le territoire de notre pays après leur visite à Kiev", a indiqué sur Twitter le porte-parole du gouvernement de Varsovie Piotr Müller.

11h53 : L'Ukraine rejette l'idée d'un modèle autrichien ou suédois de neutralité

L'Ukraine demande des "garanties de sécurité absolues" face à la Russie tout en rejetant l'idée d'un modèle de "neutralité suédois ou autrichien" avancée par Moscou, a annoncé mercredi la présidence ukrainienne.

"L'Ukraine est maintenant en état de guerre directe avec la Russie. Par conséquent, le modèle ne peut être qu''ukrainien'", a déclaré un des négociateurs ukrainiens Mykhaïlo Podoliak dans des commentaires publiés par la présidence. Il précise vouloir des "garanties de sécurité absolues" face à la Russie et dont les signataires s'engageraient à intervenir du côté de l'Ukraine en cas d'agression.

11h49 : Londres assure que l'armée russe subit de "lourdes pertes" en Ukraine

La Grande-Bretagne avance que l'armée russe a subi de lourdes pertes dans la guerre en Ukraine. L'armée ukrainienne a exploité les faiblesses tactiques de la Russie, a contrecarré l'avancée russe et a "infligé de lourdes pertes aux troupes", est-il écrit dans une mise à jour des renseignements du ministère britannique de la Défense. Ce dernier ajoute que les options de l'armée russe sont limitées, n'ayant pas réussi à prendre le contrôle de l'espace aérien.

Ukraine: les Occidentaux demandent une réunion d'urgence du Conseil de sécurité, une image satellite accable la Russie
©AFP

11h48 : La FWB accorde une aide humanitaire d'urgence de 250.000 euros pour soutenir l'Unicef

Le ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Pierre-Yves Jeholet, a décidé d'apporter une aide humanitaire d'urgence de 250.000 euros pour soutenir l'Unicef dans ses activités de protection et d'éducation de la petite enfance ukrainienne, annonce-t-il mercredi dans un communiqué. Ce soutien s'articulera autour de deux axes. Tout d'abord l'éducation via la distribution de kits de développement de la petite enfance pour que les enfants puissent participer à des activités récréatives, ludiques et éducatives. Le deuxième axe est le soutien psychosocial aux enfants et aux parents ou aux personnes en charge qui ont subi des traumatismes et un stress important. Des psychologues, des travailleurs sociaux et des professionnels qualifiés sont disponibles pour fournir un soutien à ces personnes.

11h42 : Kiev insiste lors des négociations sur "des garanties de sécurité" face à Moscou

11h15 : Le délégué général aux droits de l'enfant dénonce "l'accueil catastrophique" des réfugiés

Le délégué général aux droits de l'enfant, Bernard De Vos, a dénoncé mercredi les conditions d'accueil en Belgique des familles et enfants fuyant le conflit en Ukraine. "L'accueil est catastrophique", a jugé M. De Vos à l'occasion de la présentation de son rapport annuel devant le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

"Les réfugiés sont contraints d'attendre dans le froid, avec des couvertures, sans toilettes jusqu'à hier. J'avais l'impression d'être dans une situation analogue à ce que j'ai vu la semaine passée à la frontière ukrainienne ! Ce n'est pas raisonnable", a commenté le délégué général.

Selon lui, cette gestion chaotique de ce flux migratoire fait courir à ces réfugiés de grands risques d'exploitation.

11h13 : Un "compromis" est possible sur une Ukraine neutre selon le modèle suédois ou autrichien, annonce le Kremlin

Une neutralité de l'Ukraine sur le modèle de la Suède et de l'Autriche est le compromis que les négociateurs russes et ukrainiens discutent actuellement, a indiqué mercredi le Kremlin.

"C'est en effet l'option qui est discutée actuellement et qui peut être considérée comme celle d'un compromis", a dit mercredi le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

10h56 : De Croo envisage des investissements supplémentaires dans la défense

Le budget supplémentaire que le gouvernement fédéral veut investir dans la Défense ces prochaines années ne suffiront probablement pas, a déclaré le Premier ministre Alexander De Croo mercredi à la Chambre. "Les pays européens sont allés trop loin dans leurs coupes dans la Défense", a-t-il indiqué en commission de l'Intérieur. Avant l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe, le gouvernement fédéral avait décidé d'investir plus de 10 milliards d'euros supplémentaires dans l'armée dans les années à venir. Ainsi, d'ici 2030, 1,54 % du PIB devrait aller à la Défense, contre seulement 1,12 % l'an dernier, selon les chiffres de l'Otan.

10h38 : La Biélorussie dit assurer l'alimentation électrique de Tchernobyl

L'alimentation électrique du site nucléaire de Tchernobyl a été complètement rétablie et est assurée par le Bélarus voisin, ont annoncé mercredi les autorités de la région bélarusse de Gomel, citant le ministère bélarusse de l'Énergie. "L'alimentation électrique de la centrale de Tchernobyl a complètement été rétablie", a indiqué le ministère, dans un communiqué publié sur la chaîne Telegram de la région de Gomel.

"Actuellement, la fourniture d'électricité des infrastructures de la centrale est assurée par les systèmes d'alimentation bélarusses", poursuit cette source, précisant que le niveau de radiation sur le site était "stable" mercredi.

10h01 : Risque d'un "choc" pour l'offre pétrolière mondiale, craint l'AIE

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a dit mercredi craindre un "choc" sur l'offre pétrolière mondiale, à la suite des sanctions contre la Russie après l'invasion de l'Ukraine, tout en abaissant ses prévisions de la demande pour 2022.

"La perspective de perturbations à grande échelle de la production russe menace de créer un choc mondial de l'offre pétrolière", écrit l'agence, qui conseille des pays développés sur leur politique énergétique, dans un rapport mensuel.

09h30 : Plus de 3.700 Ukrainiens enregistrés en deux jours au centre du Heysel

Au nouveau centre du Heysel, 3.729 Ukrainiens ont été enregistrés lundi et mardi, dont 720 ont demandé à pouvoir bénéficier d'un logement, a indiqué mercredi matin la porte-parole de l'Office des étrangers Dominique Ernould sur base des derniers chiffres de la veille au soir. Sur la seule journée de lundi, 1.578 personnes avaient été enregistrées. En comptant les 6.050 enregistrements effectués jusqu'à dimanche au centre Bordet, cela fait un total de 9.779 inscrits. Pour la journée record dans ce précédent lieu, 887 avaient été enregistrées vendredi dernier. La capacité de traitement a donc été largement augmentée avec le nouveau centre du Heysel.

"Le matin, il y a beaucoup de monde, mais hier il n'y avait plus personne quand on a fermé les portes", a commenté Dominique Ernould. "On a pu enregistrer tout le monde. Lundi soir, il y avait quelques personnes qu'on n'a pas pu prendre. On ferme les portes à 17h30, mais on travaille encore jusqu'à 19h30 pour enregistrer les personnes à l'intérieur". Elle précise qu'il y a 42 guichets et qu'il y a la place pour en rajouter au besoin.

09h18 : Paris rappelle "l'obligation" des forces armées de "protéger les journalistes"

La France a rappelé mercredi "l'obligation" pour les belligérants en Ukraine de "protéger" les journalistes couvrant le conflit, après la mort de quatre d'entre eux dont un franco-irlandais depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

"Je rappelle l'obligation qui incombe aux forces armées de protéger les journalistes conformément au droit humanitaire international et je condamne avec la plus grande fermeté toute action qui les prend pour cible", a déclaré le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.

09h09 : L'Otan réfléchit aux conséquences à long terme de la guerre en Ukraine, selon Stoltenberg

Les ministres de la Défense des trente pays de l'Otan se sont retrouvés mercredi matin à Bruxelles pour une réunion extraordinaire focalisée sur la guerre en Ukraine et les mesures à prendre pour défendre le territoire de l'Alliance face à toute agression venant de Russie. "Nous examinerons non seulement les conséquences immédiates de l'invasion russe en Ukraine, mais aussi les conséquences à long terme et l'adaptation à long terme de notre alliance, comment renforcer encore notre dissuasion et notre défense", a affirmé le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, à la presse à son arrivée au siège de l'Alliance.

08h30 : une gare de Zaporojie touchée par une frappe russe

La ville ukrainienne de Zaporojie, largement épargnée par l'offensive russe et refuge des personnes fuyant la cité assiégée de Marioupol, a été visé par des frappes mercredi, notamment l'une de ses gares, selon les autorités locales.

"Des sites civils de Zaporojie ont été bombardés pour la première fois", a indiqué sur Telegram le gouverneur régional Olexandre Staroukh.

"Des roquettes sont tombés sur la zone de la gare Zaporojie-2. Selon les premières données, personne n'a été tué", a-t-il dit, ajoutant qu'une autre roquette était tombée sur le jardin botanique.

Zaporojie est la destination du couloir humanitaire pour les centaines de milliers d'habitants de la ville portuaire de Marioupol, assiégée par les forces russes.

La ville se situe également à proximité d'une centrale nucléaire bombardée le 4 mars et occupée depuis par les Russes.

07h33 : plusieurs fortes explosions et des colonnes de fumée à Kiev

Plusieurs fortes explosions ont été entendues à l'aube mercredi à Kiev, suivies de colonnes de fumées noires dans le ciel, a constaté l'AFP, alors que l'armée russe a intensifié ces derniers jours ses tirs contre les villes ukrainiennes. Vers 06H00 (05H00 GMT), au moins trois fortes explosions ont retenti dans l'ouest de la capitale, déjà visée la veille et placée depuis sous couvre-feu jusqu'à jeudi matin.

Plusieurs épaisses colonnes de fumées noires ont peu après été observées dans le ciel de la ville, comme la veille, où plusieurs frappes russes avaient touché des immeubles résidentiels.

D'autres explosions ont été entendues en début de matinée.

Aucun bilan ou précisions n'étaient donnés dans l'immédiat par les autorités locales, alors que la presse n'était pas autorisée à circuler dans la ville, sous tension, en raison du couvre-feu.

04h51 : L'Ukraine estime que la Russie a perdu jusqu'à 40% de ses unités d'offensive

La Russie a perdu près de 40% de ses unités envoyées en Ukraine depuis que Moscou a lancé une offensive sur le pays voisin fin février, avance l'état-major ukrainien mercredi matin. Les troupes ont été complètement détruites ou ont perdu leur capacité de combat, selon le bulletin quotidien de l'état-major qui ne fournit toutefois pas de chiffres détaillés. Les informations ne pouvaient pas être vérifiées indépendamment par l'agence de presse dpa qui cite le bulletin.

04h30 : "Nous devons être prêts" à l'hébergement des réfugiés ukrainiens en Wallonie

Face à l'arrivée de réfugiés ukrainiens fuyant la guerre, "nous ne connaissons pas le nombre de personnes qui viendront en Wallonie, mais nous devons être prêts", assure Christophe Collignon, ministre wallon du Logement et des Pouvoirs locaux dans Sudinfo mercredi. Leur hébergement et leur insertion dans la société sont du ressort des Régions", explique M. Collignon qui évoque le plan d'action au sud du pays. A l'heure actuelle, il est estimé que 1.800 Ukrainiens sont accueillis en Wallonie. Sur les 9.000 places d'accueil recensées au sud du pays, 7.200 sont à ce stade des propositions de logement auxquels s'ajoutent 1.800 logements de transit, par exemple via les CPAS, détaille le ministre.

04h00 : Le plus haut tribunal de l'ONU se prononce sur l'invasion russe en Ukraine

La Cour internationale de justice (CIJ) rendra mercredi son verdict dans une procédure lancée par Kiev, qui demande au plus haut tribunal de l'ONU d'ordonner à Moscou d'arrêter immédiatement son invasion de l'Ukraine.

La CIJ se prononcera lors d'une audience à partir de 16H00 (15H00 GMT) à La Haye, là où elle siège, à la suite d'une requête urgente de l'Ukraine introduite quelques jours après le début de l'invasion russe le 24 février.

03h37 : La Turquie ne devrait pas reprendre à son compte la propagande russe, selon un ambassadeur UE

La Turquie doit prendre garde à ne pas adopter la propagande du président russe Vladimir Poutine, estime l'ambassadeur européen à Ankara, Nikolaus Meyer-Landrut, cité par l'agence de presse allemande dpa mercredi. La Turquie joue pour le moment un "numéro d'équilibriste", selon le diplomate. Il escompte que la Turquie restreigne par exemple l'accès aux "canaux de propagande russe" comme le média RT.

Il a émis aussi le souhait que la Turquie ne sape pas les sanctions imposées par l'UE à la Russie en représailles à son invasion de l'Ukraine. 03h37 : La Turquie ne devrait pas reprendre à son compte la propagande russe, selon un ambassadeur de l'Union Européenne

02h48 : Biden va annoncer une aide sécuritaire supplémentaire à l'Ukraine de 800 millions de dollars

Joe Biden va annoncer mercredi une assistance sécuritaire supplémentaire à l'Ukraine de 800 millions de dollars pour aider le pays à faire face à l'invasion russe, a indiqué mardi soir un responsable de la Maison Blanche.

Le président américain doit faire cette annonce après une intervention de son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky devant le Congrès des Etats-Unis. Cela porte "le total annoncé au cours de la seule semaine passée à 1 milliard de dollars", a précisé ce responsable sous couvert de l'anonymat.