Poutine compare les sanctions contre le monde de la culture russe aux autodafés nazis

Le président russe Vladimir Poutine a comparé vendredi la déprogrammation dans les pays occidentaux de personnalités et d'événements culturels russes aux autodafés orchestrés par les nazis.

Poutine compare les sanctions contre le monde de la culture russe aux autodafés nazis
©AFP

"La dernière fois, ce sont les nazis en Allemagne, il y a près de 90 ans, qui ont mené une telle campagne de destruction d'une culture indésirable. On se souvient bien des images des livres brûlés sur les places publiques", a-t-il dit, lors d'une rencontre avec des personnalités de la culture.

"On efface des affiches de concerts (les compositeurs) Tchaïkovski, Chostakovitch, Rachmaninov. On interdit les écrivains russes et leurs livres, a-t-il affirmé.

Le président Poutine et d'autres responsables russes multiplient les comparaisons entre l'Allemagne nazie et l'Occident, accusé de mener une campagne russophobe avec ses sanctions suite à l'offensive russe en Ukraine, que Moscou a justifié par les tentatives de "néonazis" ukrainiens d'exterminer les russophones du pays.

L'offensive de dizaines de milliers de soldats russes chez le voisin pro-occidental a déclenché une vague de solidarité internationale pour l'Ukraine, allant bien au-delà des sanctions économiques et politiques décidées par les gouvernements.

Les grandes fédérations sportives et des lieux culturels de référence ont exclu athlètes comme artistes russes.

Les déprogrammations se sont ainsi multipliées dans les salles occidentales.

La Philharmonie de Paris va modifier sa saison 2022-2023, qui programmait des invités russes comme le chef d'orchestre Valery Gergiev ou l'orchestre du Bolchoï, en raison de leurs liens avec le pouvoir à Moscou.

La soprano Anna Netrebko, critiquée pour sa complaisance supposée envers le président Vladimir Poutine, a quitté le 3 mars le Metropolitan Opera de New York où elle devait se produire au printemps et à la saison prochaine.

Le chef d'orchestre Pavel Sorokin a été écarté du Royal Opera House de Londres.

Le Brésilien David Motta Soares et l'Italien Jacopo Tissi, tous deux danseurs du Bolchoï ont eux démissionné de cet emblème culturel de la Russie.

Le Festival de cinéma de Cannes prévoit de ne pas accueillir de délégations officielles russes.