"La Russie veut construire une Eurasie de Lisbonne à Vladivostok": les déclarations inquiétantes de Dmitri Medvedev

Dmitri Medvedev, ancien président russe, a également qualifié le massacre de Boutcha de "fake news".

"La Russie veut construire une Eurasie de Lisbonne à Vladivostok": les déclarations inquiétantes de Dmitri Medvedev
©AFP

Les récentes déclarations de Dmitri Medvedev, ancien président russe et fidèle allié de Vladimir Poutine, font froid dans le dos.

Dans un message rendu public sur Telegram ce mardi matin et relayé par nos confrères de Het Laatste Nieuws, l'homme d'Etat a tout d'abord démenti les exactions russes commises à Marioupol, et, plus récemment, à Boutcha. Pour rappel, plus de 400 corps sans vie de civils ont été retrouvés gisant à même le sol ou enterrés à la hâte dans des fosses communes. M. Medvedev a qualifié ces atrocités de "fausses", ayant mûri dans "l'imagination cynique de la propagande ukrainienne".

Ensuite, celui qui a également occupé le poste de Premier ministre entre 2012 et 2020, a réaffirmé les ambitions de la Russie. "Le président russe Vladimir Poutine a fermement fixé l'objectif de démilitarisation et de dénazification de l'Ukraine", a-t-il écrit. "Ces tâches complexes ne se réalisent pas du jour au lendemain, et elles ne se feront pas uniquement sur le champ de bataille", a-t-il encore expliqué. "L'objectif le plus important est de changer la conscience sanglante et pleine de faux mythes qui anime une partie des Ukrainiens d'aujourd'hui."

Selon l'ancien résident du Kremlin, la Russie ne compte pas s'arrêter à l'invasion de l'Ukraine. "L'objectif est la paix des générations futures d'Ukrainiens eux-mêmes et la possibilité de construire enfin une Eurasie ouverte - de Lisbonne à Vladivostok".

Des déclarations qui ont rapidement suscité l'effroi de la communauté internationale mais que n'a pas encore publiquement confirmées l'ancien président russe.

Sur le même sujet