Une ambassade russe sur la rue d'Ukraine: "Vous vous imaginez la tête de l'ambassadeur?"

Une initiative ukrainienne a lancé Ukraine Street, afin de convaincre le plus de pays possible de renommer les rues où sont domiciliés les ambassades et consulats russes.

Une ambassade russe sur la rue d'Ukraine: "Vous vous imaginez la tête de l'ambassadeur?"
©AFP

"Vous vous imaginez la tête des ambassadeurs russes qui doivent changer l’adresse de leurs documents officiels, leurs correspondances et leurs cartes de visite pour y écrire ‘rue d’Ukraine’. Chaque jour, ils se rappelleront de l’existence de mon pays et de sa souveraineté”. Employée d’une agence de communication ukrainienne, Yarina Martyniouk a lancé l’initiative Ukraine Street, afin de convaincre le plus de pays possible de renommer les rues où sont domiciliés les ambassades et consulats russes.

Avec un certain succès : en Lettonie, la capitale Riga s’est dotée d’une rue de “L’Ukraine indépendante” ; en Lituanie, Vilnius a désormais une rue des “Héros de l’Ukraine”. Tirana l’Albanaise a baptisé une rue de “l’Ukraine libre”. Au Canada, Toronto a placardé des affiches “Free Ukraine” sur un périmètre renommé “Place de l’Ukraine libre”. Une initiative citoyenne a apposé une pancarte “Avenue Zelensky” sur les grilles du consulat russe à Montréal.

“Beaucoup de gens cherchent à soutenir l’Ukraine depuis des pays étrangers mais ils ne savent pas comment procéder. Voilà un moyen simple et efficace”, poursuit Yarina Martyniouk. Le site www.uastreet.world met des pétitions à disposition afin de solliciter les autorités en charge dans 52 villes de 34 pays différents. En Belgique, où la Russie dispose d’une ambassade et d’un consulat à Uccle, d’une représentation auprès de l’Union européenne à Bruxelles et d’un consulat à Anvers.

Yarina Martyniouk, aujourd’hui réfugiée auprès de sa famille dans la campagne de Lviv, à l’ouest de l’Ukraine, assure ne pas avoir reçu de réaction officielle de la Russie face à la campagne.

Les ambassades au cœur des protestations

Depuis le début de l’invasion russe, le 24 février, les ambassades et consulats russes sont des cibles privilégiées de manifestations de soutien à l’Ukraine, pour la plupart pacifiques. Par convention, les représentations diplomatiques bénéficient d’une protection policière des pays hôtes. Néanmoins, les agents polonais n’ont pu empêcher deux hommes de déverser un chargement de charbon devant l’entrée de l’ambassade à Varsovie, le 9 mars. Deux jours auparavant, c’est à Dublin qu’un routier irlandais a enfoncé les grilles de l’ambassade à Dublin. Dans l’attente des réparations, une voiture de police fut déployée pour bloquer l’accès. Ironie du sort, elle était couverte des couleurs des véhicules de patrouille irlandais : bleu et jaune.

Sur le même sujet