Ultime défense du cheikh Bassam, "l'homme qui a radicalisé la moitié de Molenbeek": il informait les services

Bassam Ayachi affirme avoir tuyauté la DGSE et la Sûreté lorsqu’il était en Syrie. Le parquet ne conteste pas.

Bassam Ayachi à Bruxelles, dans les années 2010. L’ancien prédicateur a échappé en Belgique à toutes les enquêtes et condamnations. Aujourd’hui, c’est en France, où il réside depuis son retour de Syrie, qu’il doit rendre des comptes. La justice le poursuit pour “association de malfaiteurs terroriste”. Il réplique qu’il a informé les services secrets.
Bassam Ayachi à Bruxelles, dans les années 2010. L’ancien prédicateur a échappé en Belgique à toutes les enquêtes et condamnations. Aujourd’hui, c’est en France, où il réside depuis son retour de Syrie, qu’il doit rendre des comptes. La justice le poursuit pour “association de malfaiteurs terroriste”. Il réplique qu’il a informé les services secrets. ©© Bauweraerts D
L'homme qui "a radicalisé la moitié de Molenbeek", selon la formule imagée d'un magistrat belge, a-t-il aussi été, à partir de 2015, un informateur de la Sûreté et de la DGSE française ? À en croire le procès qui se déroule cette semaine à Paris, c'est le cas. Un procès...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité