Boris Johnson rencontre Zelensky à Kiev et promet des blindés et des missiles à l'Ukraine : la réputation de Poutine est "entachée de façon permanente"

Le Premier ministre britannique Boris Johnson est à Kiev samedi en signe de "solidarité" avec le peuple ukrainien, a annoncé Downing Street.

AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a entamé samedi une visite surprise à Kiev par un entretien en tête-à-tête avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, premier leader du G7 à visiter l'Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

"Le Premier ministre a effectué un voyage en Ukraine pour rencontrer le président Zelensky en personne et montrer sa solidarité avec le peuple ukrainien", a déclaré un porte-parole de Downing Street, en ajoutant que les discussions portent sur de nouvelles aides "militaires et financières".

Quelque minutes plus tôt, un responsable du cabinet de M. Zelensky avait posté sur Facebook une photo montrant les deux dirigeants en train de discuter.

"Le Royaume-Uni est le leader dans le soutien militaire de l'Ukraine, leader de la coalition antiguerre, leader des sanctions contre l'agresseur russe", a écrit Andriï Sybyga, chef adjoint de la présidence ukrainienne.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, s'est engagé à fournir à l'Ukraine des véhicules blindés et des missiles antinavires, en rendant hommage à l'armée ukrainienne pour "le plus grand fait d'armes du 21e siècle".

"C'est grâce au leadership inébranlable du président Zelensky et à l'héroïsme invincible et au courage du peuple ukrainien que les desseins monstrueux de (Vladimir) Poutine sont déjoués", a déclaré Boris Johnson après sa rencontre avec Volodymyr Zelensky, selon un communiqué de ses services.

Boris Johnson a annoncé une aide militaire comprenant 120 véhicules blindés et des nouveaux systèmes de missiles antinavires, "afin de soutenir l'Ukraine dans cette phase cruciale pendant que l'assaut illégal de la Russie continue", a ajouté le communiqué de Downing Street.

Cette aide s'ajoute à celle annoncée vendredi par le Royaume-Uni, comprenant des missiles antiaériens Starstreak et 800 missiles antichars, ainsi que des drones destinés à des "frappes de précision" contre l'armée russe.

Au moment où plus de 10 milliards de dollars d'aide pour l'Ukraine étaient réunis lors d'une collecte internationale, le Premier ministre britannique a également promis une aide financière supplémentaire de 500 millions de dollars à travers la Banque mondiale.

Il a assuré que cela avait été un "privilège" de rencontrer Volodymyr Zelensky lors de cette visite qui n'avait pas été annoncée.

"L'Ukraine a défié les prévisions et repoussé les forces russes des portes de Kiev, réussissant le plus grand fait d'armes du 21e siècle," a déclaré Boris Johnson.

"J'ai dit clairement aujourd'hui que le Royaume-Uni se tient résolument à leurs côtés dans ce combat qui continue, et que nous le resterons à long terme", a-t-il ajouté.

"Ce que Poutine a fait à Boutcha et Irpin sont des crimes de guerre et ont entaché de façon permanente sa réputation et la représentation de son gouvernement", a-t-il fustigé lors d'une conférence de presse à l'issue d'une visite surprise à Kiev où il a rencontré Volodymyr Zelensky.

D'autres pays doivent "suivre l'exemple"

Volodymyr Zelensky a appelé samedi les pays occidentaux à "suivre l'exemple" du Royaume-Uni quant au soutien militaire à l'Ukraine et aux sanctions contre la Russie.

"D'autres Etats démocratiques occidentaux doivent suivre l'exemple du Royaume-Uni", a-t-il déclaré aux côtés du Premier ministre britannique Boris Johnson qui s'est engagé à fournir à Kiev des véhicules blindés et des missiles antinavires.

"Il est temps d'imposer un embargo total sur les hydrocarbures russes, d'augmenter les livraisons d'armes à nous", a-t-il poursuivi.

Lors de cette visite surprise à Kiev, M. Johnson a rendu hommage à l'armée ukrainienne pour avoir repoussé les Russes aux portes de Kiev, "le plus grand fait d'armes du XXIe siècle" selon lui.

"C'est grâce au leadership inébranlable du président Zelensky et à l'héroïsme invincible et au courage du peuple ukrainien que les desseins monstrueux de (Vladimir) Poutine sont déjoués", a-t-il déclaré après sa rencontre avec le chef de l'Etat ukrainien, selon un communiqué de ses services.

Le chancelier autrichien aussi en visite à Kiev

Un peu plus tôt, le président Zelensky avait reçu à Kiev le chancelier autrichien Karl Nehammer qu'il a remercié pour sa visite à Kiev et à Boutcha, ville proche de la capitale ukrainienne qui est devenue un symbole des atrocités de l'invasion russe.

Karl Nehammer est arrivé samedi à Kiev afin d'apporter un soutien "politique et humanitaire" au gouvernement ukrainien, alors que les troupes russes se sont redéployées dans l'est et le sud de l'Ukraine, dans une guerre initiée le 24 février. M. Nehammer a rencontré le président Volodymyr Zelensky et le maire de la capitale, Vitali Klitschko. La visite du chancelier autrichien suit celle, vendredi, de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et du chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. Ils se sont tous deux rendus à Boutcha, petite ville au nord-ouest de Kiev devenue un symbole des atrocités de la guerre en Ukraine en raison du massacre de dizaines de civils avant le retrait de l'armée russe, accusée de cette tuerie.

Karl Nehammer, qui a pris ses fonctions en décembre, doit également se rendre à Boutcha. À son arrivée en Ukraine, le chancelier a souligné auprès de l'agence de presse allemande DPA la nécessité d'une enquête menée par des experts internationaux indépendants sur ce qui s'y est déroulé.

L'Autriche, qui n'est pas membre de l'Otan, a envoyé en Ukraine 10.000 casques et 9.000 gilets de protection destinés à la population civile. Comme l'Allemagne, ce pays membre de l'Union européenne se montre toutefois frileux envers la demande du président Zelensky de cesser toute importation de gaz russe, dont l'Autriche dépend à 80%.

Après quelques hésitations, l'Autriche a emboîté le pas à d'autres pays européens, dont la Belgique, en expulsant quatre diplomates russes de son territoire.

Vendredi, c'est la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui avait effectué une visite à Kiev pour manifester son soutien à l'Ukraine.

Accompagnée du chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell et du Premier ministre slovaque Edouard Heger, Ursula von der Leyen s'était rendue à Boutcha. Ils sont allés ensemble voir les fosses communes creusées pour y enterrer des dizaines de civils retrouvés morts.