Zelensky appelle l'Europe à agir avant que la Russie n'attaque d'autres pays

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé mercredi l'Europe à agir plus rapidement contre la Russie, estimant que l'"on peut soit arrêter la Russie soit perdre toute l'Europe de l'Est".

AFP

"Si l'Europe perd du temps, la Russie utilisera ce temps pour étendre la zone de guerre à d'autres pays", a-t-il dit dans un discours prononcé à l'attention du Parlement estonien.

L'UE fait passer à 1,5 milliard d'euros son soutien militaire à l'Ukraine

Les 27 États membres ont validé mercredi la mobilisation d'un demi-milliard d'euros supplémentaires pour soutenir les forces armées ukrainiennes face à l'invasion russe, annonce le Conseil de l'UE. Le montant que les 27 consacrent à l'envoi d'armes et d'autres équipements aux militaires ukrainiens passe donc à 1,5 milliard, comme l'avait proposé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell il y a quelques jours. Cet argent provient de la "facilité européenne pour la paix" (FEP), un instrument financé directement par les États en fonction de leur RNB. Ce fonds est placé hors du budget de l'UE, car les traités interdisent d'inscrire de telles dépenses à charge de ce dernier.

Le 28 février dernier, quatre jours après le début de l'invasion russe, l'UE avait pris la décision inédite de débloquer 500 millions d'euros de ce fonds pour livrer des armes et équipements militaires à un pays tiers, l'Ukraine. Dont 450 millions pour l'achat et la livraison de matériel létal. Charles Michel, président du Conseil européen, avait parlé d'un "tournant" pour l'Europe de la Défense, alors que parallèlement, des États européens annonçaient l'un après l'autre vouloir remplumer leurs budgets "Défense".

En mars, alors que les combats se poursuivaient sur place, les États membres avaient approuvé une deuxième tranche de 500 millions issue de la Facilité européenne pour la paix, portant l'effort total à un milliard. Les fonds servent à rembourser les États qui fournissent de l'armement ou du matériel (carburant, équipements de protection, kits de premiers secours, etc.) correspondant à ce que demandent les autorités ukrainiennes. La Belgique a, entre autres, participé à ces livraisons.

Mercredi, une nouvelle tranche a été formellement approuvée, après un feu vert des ambassadeurs des États la semaine dernière.

"Les prochaines semaines seront décisives", a commenté Josep Borrell en marge de cette décision, cité via communiqué du Conseil. "Tandis que la Russie prépare une offensive sur l'est de l'Ukraine, il est crucial que nous continuions et accroissions notre soutien militaire pour que l'Ukraine défende son territoire et sa population, et pour éviter davantage de souffrance".