Guerre en Ukraine : l'équipage du Moskva n'a pas pu être sauvé, affirme l'Ukraine "parfaitement consciente qu'on ne nous pardonnera pas"

L'équipage du croiseur Moskva, qui a fait naufrage en mer Noire jeudi, n'a pas pu être sauvé, a affirmé vendredi une responsable militaire ukrainienne, estimant que Moscou ne "pardonnerait pas" à Kiev d'avoir coulé ce vaisseau "symbole de ses ambitions impérialistes".

AFP
Guerre en Ukraine : l'équipage du Moskva n'a pas pu être sauvé, affirme l'Ukraine "parfaitement consciente qu'on ne nous pardonnera pas"
©AFP

"Nous sommes parfaitement conscients qu'on ne nous pardonnera pas" l'attaque du Moskva, a déclaré Natalia Goumeniouk, porte-parole du commandement militaire de la région sud de l'Ukraine, lors d'un briefing.

La frappe contre le Moskva, vaisseau-amiral de la flotte russe de la mer Noire touché par des missiles Neptune ukrainiens, "n'a pas seulement touché le bateau, elle a touché les ambitions impériales de l'ennemi", a-t-elle estimé.

"Nous avons observé les bateaux qui essayaient de lui venir en aide, mais même les forces de la nature ont été du côté de l'Ukraine", car "une tempête a empêché de sauver le bateau et d'évacuer l'équipage", a-t-elle affirmé.

Mais elle a ajouté ne pas pouvoir donner de détails pour l'instant sur le sort de l'équipage", faute de "données fiables".

Le ministère russe de la Défense avait indiqué jeudi que l'équipage - plus de 500 personnes - avait été "évacué vers d'autres navires de la Flotte de la mer Noire se trouvant à proximité". Mais il n'a pas précisé s'il s'agissait de l'intégralité de l'équipage ni donné aucun détail.

Moscou n'a pas non plus confirmé que le bateau avait subi une attaque de missiles, affirmant simplement qu'un incendie s'était déclaré à bord de ce navire lance-missiles de 186 mètres de long, faisant exploser des munitions. Et que le croiseur avait ensuite coulé lors d'une tentative de remorquage vers le port le plus proche.

Mme Goumeniouk a confirmé que l'Ukraine s'attendait maintenant à des représailles de Moscou, qui a déjà frappé dans la nuit de jeudi à vendredi une usine d'armement au sud-ouest de Kiev qui fabriquait les missiles Neptune utilisés, selon les Ukrainiens, contre le Moskva, et menacé d'intensifier ses attaques sur la capitale.

"Nous sommes conscients que les attaques contre nous vont s'intensifier, que l'ennemi va se venger, qu'il y aura des attaques de missiles et des bombardements d'artillerie. Nous sommes prêts, nous les controns."

"Il y a des attaques contre nous, y compris des frappes de missiles", a-t-elle ajouté.

Elle n'a pas mentionné la frappe sur l'usine d'armement Vizar, qui a été gravement endommagée, mais des bombardements dans le sud du pays, notamment sur la ville de Mykolaïv, proche d'Odessa.