Qui est l'Ukrainien Viktor Medvedtchouk, homme de Poutine et multimillionnaire détesté au pays?

Considéré comme l’homme de Vladimir Poutine en Ukraine, ce multimillionnaire est l’un des politiciens les plus détestés du pays.

Qui est l'Ukrainien Viktor Medvedtchouk, homme de Poutine et multimillionnaire détesté au pays?
©AFP
AFP

L’Ukrainien Viktor Medvedtchouk, arrêté mardi par les services spéciaux du pays alors qu’il était en fuite depuis l’invasion russe, est l’homme de Vladimir Poutine en Ukraine où il a défendu les intérêts de son ami du Kremlin depuis plus de 20 ans.

Menotté, les cheveux ébouriffés, en uniforme militaire ukrainien, assis sur une chaise dans ce qui ressemble à un vieux bureau : le multimillionnaire, 12e fortune d'Ukraine avec 620 millions de dollars selon le magazine Forbes et jadis un des hommes les plus influents du pays, ne semble plus que l'ombre de lui-même sur la photo publiée mardi soir par le président Volodymyr Zelensky.

L’annonce de l’arrestation de ce député, un des politiciens les plus honnis en Ukraine notamment pour ses liens avec le maître du Kremlin, a suscité une explosion de joie sur les réseaux sociaux.

Le président Zelensky a proposé de l’échanger contre des Ukrainiens capturés par les forces russes, mais le Kremlin a esquivé cette idée.

Selon M. Medvedtchouk, sa relation avec Vladimir Poutine "s'est développée pendant 20 ans". "Je ne veux pas dire que j'exploite cette relation, mais elle fait partie de mon arsenal politique", racontait-il en 2021 au magazine américain Time.

Les deux hommes font connaissance au début des années 2000 alors que Vladimir Poutine, ancien du KGB, vient d’être élu président de Russie et que M. Medvedtchouk, avocat soupçonné d’avoir oeuvré pour le KGB, dirige le cabinet du président ukrainien.

À ce poste, il est accusé d’avoir organisé en 2004 des fraudes électorales massives en faveur d’un prorusse, ce qui déclenche le premier Maïdan, soulèvement pro-occidental.

En 2019, il entre au Parlement.

Ouvertement soutenu par Moscou, son parti Plateforme d’opposition - Pour la Vie arrive en deuxième position aux législatives, derrière le parti du président Zelensky.

Mais en février 2021, l’horizon commence à s’assombrir. Les chaînes pro-russes qu’il possède sont interdites, ses biens et l’oléoduc qu’il possède sont saisis et, en mai 2021, il finit par être inculpé de "haute trahison".

Sur le même sujet