Un embargo européen sur le pétrole russe "va prendre des mois" à mettre en place

L'Union européenne se prépare à cesser ses achats de pétrole à la Russie pour sanctionner la guerre en Ukraine, mais la mesure est "complexe" et va prendre "plusieurs mois", ont confié vendredi plusieurs sources européennes à l'AFP.

Un embargo européen sur le pétrole russe "va prendre des mois" à mettre en place
©AFP
AFP

"L'adoption de mesures sur le pétrole impose de déboucler les contrats existants, de trouver des alternatives et d'éviter leur contournement", a expliqué un responsable européen impliqué dans les discussions. "La Commission réfléchit aux options". Parmi celles-ci, le versement des paiements sur un compte bloqué, comme l'avait évoqué Ursula von der Leyen.

"Si la Russie vend à d'autres acheteurs le pétrole refusé par les Européens, la sanction ne servira à rien", a averti un responsable. Les Européens tentent d'éviter un contournement de leurs sanctions par la Chine et l'Inde, par exemple, et leur ont fait comprendre qu'il sera "difficile pour l'UE d'accepter des partenaires qui sapent les sanctions", précise un diplomate.

Dans ces discussions autour de l'énergie, il est indispensable de "conserver l'unité" entre les 27. La Hongrie, la Slovaquie et la Bulgarie achètent leur pétrole à la Russie et il faut "les convaincre pour les garder à bord", souligne un responsable. "Nous ne pouvons pas mettre fin à notre dépendance du jour au lendemain", a déjà averti le ministre slovaque des Affaires étrangères Ivan Korcok.

La Russie exporte deux tiers de son pétrole dans l'UE. En 2021, elle a fourni 30% du brut et 15% des produits pétroliers achetés par l'UE. "La facture des importations de pétrole russe était quatre fois plus importante que celle du gaz, 80 milliards de dollars contre 20 milliards", selon le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.

Sur le même sujet