Guerre en Ukraine: plusieurs explosions à Kiev, un mort dans le bombardement d'une usine militaire, plus de 1000 civils capturés par les russes

Une usine militaire fabriquant notamment des tanks a été visée samedi matin par un bombardement dans la banlieue de Kiev, la capitale de l'Ukraine, faisant un mort et plusieurs blessés selon les autorités.

Guerre en Ukraine: plusieurs explosions à Kiev, un mort dans le bombardement d'une usine militaire, plus de 1000 civils capturés par les russes
©AFP

Un grand nombre de militaires et de policiers étaient présents sur place après l'attaque, empêchant l'accès au complexe, d'où s'échappait de la fumée, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a indiqué sur Telegram qu'une personne avait été tuée et "plusieurs" hospitalisées après cette frappe sur le district de Darnytsky. "Nos forces de défense antiaérienne font de leur mieux pour nous protéger, mais l'ennemi est rusé et impitoyable", a-t-il écrit. M. Klitschko a une nouvelle fois appelé les habitants partis de la ville à ne pas y revenir, mais à rester dans un "endroit sûr".

Le ministère russe de la Défense a confirmé avoir visé une usine de matériel militaire à Kiev, assurant l'avoir frappé à l'aide d'armes "air-sol de haute précision et de longue portée". Vendredi, une frappe russe avait touché une usine de la région de Kiev, fabriquant des missiles Neptune que l'armée ukrainienne avait indiqué avoir utilisés pour frapper le croiseur russe Moskva.

Les tirs russes sur la région de Kiev se sont raréfiés depuis la fin mars, lorsque Moscou a retiré ses troupes des alentours de la capitale, en annonçant vouloir concentrer son offensive sur l'est de l'Ukraine. La Russie a cependant menacé vendredi d'intensifier ses attaques sur Kiev après avoir accusé l'Ukraine de bombarder des villages en territoire russe, proches de la frontière ukrainienne.

La Russie a capturé plus de mille civils

La Russie a fait prisonniers plus de mille citoyens ukrainiens dont plus de la moitié sont des femmes, a indiqué samedi la vice-première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk. Elle a exigé dans une apparition télévisée que ces personnes soient libérées immédiatement. "Nous n'allons pas échanger des soldats contre des civils, ce serait une violation des conventions de Genève", a déclaré la femme politique. Selon Mme Verechtchouk, l'Ukraine compte plus de 700 soldats russes emprisonnés, et l'armée russe détiendrait environ le même nombre de soldats ukrainiens. Un nouvel échange de prisonniers de guerre est possible, a-t-elle dit.

Entre 2.500 et 3.000 soldats ukrainiens ont perdu la vie jusqu'à présent depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, a déclaré le président ukrainien Volodymyr Zelensky à la chaîne d'information américaine CNN. Quelque 10.000 soldats du côté ukrainien ont également été blessés. Toujours d'après Kiev, 20.000 soldats russes ont été tués. Moscou évoque 1.350 soldats tués dans ses rangs.