Au procès de Paris, des accusés terriblement normaux

Entre l’horreur des attentats et leur personnalité, il y a un monde selon les psychiatres.

ARRESTATION SALAH ABDESLAM
©BELGAIMAGE
En 1961, la philosophe Hannah Arendt s'étonnait de découvrir, au procès du nazi Adolf Eichmann, un accusé qui ressemblait plus à un petit fonctionnaire médiocre qu'à un effroyable bourreau. Elle en fit un livre, La banalité du...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet