La Belgique poursuit ses livraisons à l'armée ukrainienne et embraie pour la justice

La Belgique poursuivra ses livraisons de matériel militaire à l'armée ukrainienne, a-t-on appris vendredi de sources concordantes à l'issue d'une réunion du comité ministériel restreint (kern).

La Belgique poursuit ses livraisons à l'armée ukrainienne et embraie pour la justice
©BELGA

La discrétion était toutefois de mise sur la nature du matériel concerné, les quantités qui seront livrées et les modalités de cette livraison. A bonne source, l'on précisait toutefois que l'envoi contiendra de l'armement anti-char. Jeudi après-midi, interrogé à la Chambre, le Premier ministre, Alexander De Croo, avait chiffré l'aide militaire belge à 76 millions d'euros, comprenant l'ensemble des livraisons d'armes à l'armée ukrainienne depuis le 24 février.

Il est question jusqu'à présent, selon les informations disponibles, de 5.000 fusils d'assaut de type FNC - des armes fabriquées par la FN Herstal et en cours de remplacement au sein de l'armée belge par des FN SCAR - , de 200 armes antichars ainsi que de 3.800 tonnes de carburant et de matériel de protection. Le Conseil des ministres a aussi approuvé le 18 mars dernier l'acquisition d'armes (létales et non létales ainsi que des protections et des appareils de vision nocturne) à destination de l'Ukraine pour un montant de 11 millions d'euros.

Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne, avait de son côté annoncé le possible envoi d'une équipe de la "Disaster Victims Identification" (DVI - identification des victimes) en Ukraine si sa sécurité était garantie. Des experts médico-légaux seront mis à disposition de la Cour pénale internationale (CPI), a-t-on appris. Une somme de 500.000 euros sera par ailleurs allouée à la CPI en vue de l'aider à faire face à la surcharge de travail occasionnée par la guerre en Ukraine.