Volet belge des attentats à Paris: Youssef El Ajmi affirme qu'il ne se passait "rien de spécial" dans la planque d'Etterbeek

"Je n'ai pas de souvenirs", a répondu Youssef El Ajmi à la plupart des questions du tribunal correctionnel de Bruxelles, lundi, au sujet de ses contacts avec son ami Ibrahim El Bakraoui, membre de la cellule terroriste responsable des attentats à Paris et à Bruxelles.

Volet belge des attentats à Paris: Youssef El Ajmi affirme qu'il ne se passait "rien de spécial" dans la planque d'Etterbeek
©BELGA

Le prévenu, interrogé dans le cadre du procès "Paris bis", a notamment conduit El Bakraoui à l'aéroport lorsqu'il est parti en Grèce en juillet 2015. Plus tard, il a loué une voiture qui a servi à ce dernier, et il s'est rendu à plusieurs reprises dans l'appartement d'Etterbeek où il se cachait. "Combien de fois êtes-vous allé à l'appartement de l'avenue des Casernes à Etterbeek? Qui était là lorsque vous y étiez? Qu'y faisiez-vous? Y avez-vous vu des armes? Est-ce qu'on y regardait des vidéos de propagande de l'État Islamique?"... Les juges du tribunal ont posé de nombreuses questions à Youssef El Ajmi, lundi, au sujet de la planque de l'avenue des Casernes à Etterbeek, qui a servi, dès septembre 2015, à la cellule terroriste responsable des attentats à Paris et à Bruxelles. C'est dans cet appartement qu'a vécu durant plusieurs mois Ibrahim El Bakraoui, l'un des deux kamikazes à l'aéroport de Bruxelles le 22 mars 2016, dont Youssef El Ajmi était très proche.

"J'y suis allé trois ou quatre fois", a répondu le prévenu. "Il n'y avait chaque fois qu'Ali El Haddad Asufi [accusé dans le procès des attentats à Paris et celui des attentats à Bruxelles], Ibrahim El Bakraoui et moi. J'ai apporté de la nourriture et j'ai sorti une fois un sac de poubelle. On y discutait, on rigolait... Il n'y avait rien de spécial. Il n'y avait rien de radical", a-t-il assuré au tribunal.

Youssef El Ajmi a également été interrogé sur les deux voyages effectués par Ibrahim El Bakroui au printemps et à l'été 2015. Il l'avait chaque fois accompagné à l'aéroport. "Oui, j'ai accompagné Ibrahim à l'aéroport de Schiphol [aux Pays-Bas] en juin 2015, lorsqu'il est parti en Turquie", a-t-il affirmé. "Il m'a dit que c'était pour des vacances. C'est possible qu'il m'ait dit de ne pas dire où il allait, mais je ne m'en rappelle plus. Oui, j'ai peut-être dû lui poser des questions à ce moment-là, mais aujourd'hui je ne m'en souviens plus".

Ibrahim El Bakraoui était revenu le 15 juillet, après avoir été expulsé de Turquie. Deux jours plus tard, il était parti pour la Grèce. Youssef El Ajmi l'avait conduit à l'aéroport Charles de Gaulle à Paris, dans la nuit du 17 au 18 juillet. Ali El Haddad Asufi était également monté dans l'avion, pour revenir en Belgique 24 heures plus tard. Ce dernier est lui aussi un ami proche d'El Ajmi. Les deux hommes travaillaient ensemble comme "chauffeurs catering" à l'aéroport de Bruxelles-National à Zaventem.

Aux questions des juges visant à savoir si El Ajmi a cherché à savoir pourquoi son ami Ibrahim El Bakraoui repartait à nouveau en vacances ou s'il a demandé pour quelles raisons il partait en Grèce et non plus en Espagne comme il lui avait dit, le prévenu a répondu par la négative. "Sur le moment même, je ne me suis posé aucune question. Et non, je ne me suis pas dit que c'était bizarre". Le soir du 18 juillet, il a également eu trois contacts téléphoniques avec Ali El Haddad Asufi, alors que ce dernier était toujours en Grèce. Youssef El Ajmi a répondu qu'il n'en avait "aucun souvenir".

Le prévenu a encore été questionné sur sa location d'un véhicule Volkwagen Polo le 23 octobre 2015 pour une durée d'un mois, dans une agence d'Etterbeek. Il a déclaré que c'était pour se rendre au travail, mais l'enquête a montré que c'est principalement Ibrahim El Bakraoui qui s'est servi de cette voiture. "Il a insisté pour que je lui prête. Il a réussi à me convaincre. En fait, il m'a forcé la main. C'est quelqu'un qui a fait un braquage, qui a tiré sur la police.... C'est quelqu'un qui a une réputation", a expliqué au tribunal El Ajmi.

Sur le même sujet