La Russie suspendue de l'Organisation mondiale du tourisme

La Russie a été suspendue mercredi de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) en raison de son invasion de l'Ukraine, jugée contraire aux "valeurs" de l'organisation, a-t-on appris auprès de cette agence de l'ONU basée à Madrid.

La Russie suspendue de l'Organisation mondiale du tourisme
©Shutterstock
AFP

Cette décision, approuvée par une large majorité des États membres de l'organisation réunis en assemblée générale dans la capitale espagnole, prend effet immédiatement, a indiqué un porte-parole de l'OMT à l'AFP.

Anticipant une possible suspension, la Russie avait elle-même annoncé mercredi matin lors de l'ouverture des débats devant l'assemblée générale vouloir se retirer de l'agence, qui regroupe 159 États membres.

Selon une personne ayant participé à l'assemblée, le représentant russe à l'OMT a ensuite quitté la réunion et n'a pas assisté au vote.

L'agence onusienne chargée de promouvoir le tourisme dans le monde avait annoncé début mars vouloir suspendre la Russie de ses instances en raison de l'invasion de l'Ukraine.

Cette résolution, proposée par une vingtaine de pays dont la Pologne, la France et l'Allemagne, et validée par le conseil exécutif de l'OMT, devait être approuvée par les deux tiers des États membres pour devenir effective.

"Nos statuts sont clairs: promotion du tourisme pour la paix et respect universel des droits de l'Homme", a insisté sur Twitter le secrétaire général de l'OMT, le Géorgien Zurab Pololikashvili,.

"Seuls les membres qui s'y conforment peuvent faire partie de l'OMT", a-t-il poursuivi.

Dans un communiqué, la ministre espagnole du Tourisme Reyes Maroto, qui présidait la session de l'Assemblée générale, a salué le choix des États membres, "en ligne avec les principes" de l'OMT.

"L'offensive militaire de Poutine viole les principes fondateurs des Nations Unies et les valeurs que représente le tourisme, telles que la paix, la prospérité" et "le respect des droits de l'homme", a-t-elle insisté.

L'OMT, implantée à Madrid depuis 1976, avait condamné "sans équivoque" début mars l'invasion de l'Ukraine par la Russie, dénonçant "une violation manifeste de la souveraineté et de l'intégrité territoriale" de ce pays.

"La guerre n'est jamais une solution! Pas maintenant, et jamais", avait insisté Zurab Pololikashvili dans un communiqué, appelant les membres de l'organisation à délivrer un message "clair et net".

Selon l'OMT, c'est la première fois que l'organisation se réunissait pour suspendre de l'un de ses membres.

En raison de la guerre, la Russie s'était déjà vue écartée début avril du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies, où son siège a été suspendu.

Outre cette éviction, la Russie a subi mi-avril plusieurs camouflets lors d'élections dans des instances onusiennes, selon des diplomates.

Moscou était notamment candidat à des sièges aux Conseils d'administrations de l'Unicef (Fonds des Nations Unies pour l'enfance) et de l'agence ONU Femmes. Alors que la Russie aurait dû être choisie, des candidatures de dernière minute ont été déposées, l'empêchant d'obtenir ces sièges.

Sur le même sujet