"Soit nous perdons en Ukraine, soit la troisième guerre mondiale commence", met en garde une journaliste russe

Ces derniers jours, la télévision russe a formulé des déclarations particulièrement virulentes pour évoquer la situation actuelle en Ukraine. La guerre des mots semble elle aussi bien lancée.

"Soit nous perdons en Ukraine, soit la troisième guerre mondiale commence", met en garde une journaliste russe
©D.R.

Lundi, Sergueï Lavrov, le chef de la diplomatie russe affirmait que le danger d'une Troisième guerre mondiale était bien réel : "On ne peut le sous-estimer", avait-il averti.

Les médias russes ont semblé s'aligner sur cette déclaration et ont sorti l'artillerie lourde en matière de propagande.

La plus explosive vient sans conteste de la directrice de la chaîne d’information en continu RT, un média financé par l'État russe: "Connaissant notre leader Vladimir Vladimirovitch Poutine, l’idée que tout se termine par une attaque nucléaire me semble plus probable que tout autre scénario", a lancé Margarita Simonyan. "Soit nous perdons en Ukraine, soit la troisième guerre mondiale commence", met-elle en garde.

Vladimir Solovyov, présentateur pour la chaîne Russia-1, avait lui aussi déclaré qu'il ne fallait pas craindre une nouvelle guerre mondiale car les Russes qui mourront se verront assurer une place au "paradis".

Sur le même sujet