Guerre en l'Ukraine: les forces ukrainiennes affirment avoir lancé une nouvelle offensive sur l'île aux Serpents

Voici les dernières informations concernant la guerre en Ukraine.

Guerre en l'Ukraine: les forces ukrainiennes affirment avoir lancé une nouvelle offensive sur l'île aux Serpents
©Shutterstock
belga

16h48 : Une centaine de civils évacués du site Azovstal à Marioupol vers l'Ukraine

L'évacuation de l'usine Azovstal à Marioupol, port assiégé dans le sud-est de l'Ukraine, "a commencé" et une centaine de civils se dirigent vers "le territoire contrôlé par l'Ukraine", a affirmé dimanche le président ukrainien Volodymyr Zelensky. "L'évacuation de civils depuis Azovstal a commencé. Un premier groupe d'environ 100 personnes se dirige vers le territoire contrôlé (par l'Ukraine). Demain on va les accueillir à Zaporijjia", a écrit sur Twitter le président ukrainien.

Les Nations Unies ont confirmé plus tôt dans la journée qu'une opération d'évacuation était en cours, sans donner toutefois d'autres détails pour des raisons de sécurité.

Les parties russe et ukrainienne ont donné samedi et dimanche des informations divergentes sur cette opération d'évacuation de civils de ce qui est la dernière poche de la résistance ukrainienne à Marioupol.

13h29: Le pape demande des couloirs humanitaires pour Marioupol, "détruite de manière barbare

Le pape François a renouvelé dimanche son appel à l'ouverture de couloirs humanitaires pour évacuer les civils de la ville ukrainienne de Marioupol, "bombardée et détruite de manière barbare". "Mes pensées vont à la ville ukrainienne de Marioupol, ville de Marie, bombardée et détruite de manière barbare. Je renouvelle ma demande d'ouverture de couloirs humanitaires sécurisés", a déclaré le pape lors de la prière de l'Angélus sur la place Saint-Pierre au Vatican.

Dans la ville portuaire de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, presque entièrement détruite après des semaines de siège, un premier groupe de civils a été extrait dans la nuit de samedi à dimanche de l'aciérie Azovstal, dernière poche de la résistance ukrainienne dans cette cité.

Une vingtaine de civils ont été évacués, selon le bataillon ukrainien Azov, une première, toutes les précédentes tentatives d'évacuation ayant échoué.

De son côté, le ministère russe de la Défense a affirmé que deux groupes de civils, de 25 et 21 personnes, avaient pu sortir d'Azovstal, où sont terrés selon Kiev des centaines de militaires et de civils ukrainiens dans des galeries souterraines datant de l'époque soviétique.

Toujours à propos de la guerre en Ukraine, le souverain pontife a dénoncé "une régression macabre de l'humanité". "N'abdiquons pas face à la logique de la violence, à la spirale perverse des armes."

13h21: L'Ukraine affirme avoir lancé une nouvelle offensive sur l'île aux Serpents

L'Ukraine a affirmé dimanche avoir lancé une nouvelle offensive sur l'île aux Serpents, occupée par la Russie. Les forces ukrainiennes ont visé d'une salve de missiles l'île de la mer Noire devenue symbole de la résistance ukrainienne depuis le début de l'invasion des forces russes le 24 février. Selon l'armée ukrainienne, plusieurs systèmes anti-aériens et une unité de communication ont été détruits, tandis que 42 soldats russes ont été tués. Ces informations n'ont toutefois pas pu être vérifiées de manière indépendante. La Russie n'a pas confirmé l'attaque, de son côté.

L'armée ukrainienne avait affirmé mercredi avoir bombardé les positions russes sur l'île aux Serpents, distante de 35 kilomètres des côtes de l'Ukraine.

Cette petite île en mer Noire est devenue un symbole en Ukraine depuis un échange radio, devenu viral sur les réseaux sociaux, dans lequel, au premier jour du conflit, les garde-frontières ukrainiens avaient lancé "Va te faire foutre, navire militaire russe !" au croiseur russe, le Moskva, qui leur intimait de se rendre. L'enregistrement de cet échange verbal avait servi de leitmotiv à la résistance ukrainienne, l'invective des garde-frontières apparaissant même sur des pancartes lors de manifestations de soutien à l'étranger, et sur des timbres ukrainiens.

12H50: Moscou annonce l'évacuation de près de 50 civils à Marioupol

Le ministère de la Défense russe a déclaré dimanche que près de 50 civils avaient été évacués samedi du territoire de l'usine Azovstal à Marioupol, port du sud-est de l'Ukraine assiégé par les Russes. Samedi, des militaires ukrainiens gardant le site d'Azovstal avaient indiqué que 20 civils, dont des enfants, avaient été évacués, espérant que ce serait vers Zaporijjia, un territoire contrôlé par les forces ukrainiennes.

"Le 30 avril, après l'instauration d'un cessez-le-feu et l'ouverture d'un couloir humanitaire, deux groupes de civils ont quitté les bâtiments d'habitation adjacents au territoire de l'usine métallurgique d'Azovstal", a déclaré sur Telegram le ministère russe. "Dans l'après-midi, 25 riverains sont sortis. En début de soirée, un deuxième groupe de 21 personnes est parti, qui a été emmené à Bezimennoïé", une ville située à l'est de Marioupol, à mi-chemin entre cette ville portuaire et la frontière russe.

12H04: La Russie utilise une "usine de trolls" pour relayer sa propagande

Des trolls pro-russes mènent une guerre de l'information depuis une ancienne usine de Saint-Pétersbourg, d'où ils ciblent des dirigeants occidentaux et relaient la propagande du Kremlin concernant l'Ukraine, a rapporté dimanche le gouvernement britannique qui a commandé une étude sur le sujet.

Le rapport, dont les auteurs n'ont pas été identifiés pour des raisons de sécurité, "montre comment le Kremlin utilise une usine de trolls pour relayer des mensonges sur les réseaux sociaux et dans les commentaires de sites à large audience", a indiqué le ministère britannique des Affaires étrangères dans un communiqué.

10h13: Les autorités russes évoquent la saisie d'avoirs de pays jugés hostiles

Les autorités russes ont laissé entendre dimanche que les avoirs russes de certains pays jugés hostiles pourraient être saisis, en réponse à la proposition de l'administration américaine de liquider les avoirs saisis auprès d'oligarques russes et d'en transférer le produit à l'Ukraine.

"Il est juste, en ce qui concerne une entreprise située sur le territoire russe, dont les propriétaires sont originaires de pays hostiles où de telles décisions sont prises (de saisir des avoirs russes, ndlr), de répondre par des mesures miroir: confisquer ces avoirs", a tonné le président de la chambre basse du Parlement, Viatcheslav Volodine, sur sa chaîne Telegram.

"Et le produit de la vente sera utilisé pour le développement de notre pays", ajoute-t-il.

Il accuse "un certain nombre de pays hostiles: la Lituanie, la Lettonie, la Pologne et même les États-Unis" de ne pas respecter le droit international et de "se livrer simplement au vol".

M. Volodine assure qu'"aujourd'hui, les entrepreneurs russes achètent des entreprises étrangères opérant en Russie, rachetant les parts de partenaires qui veulent quitter notre marché" et exhorte les pays "hostiles": "Agissez de manière civilisée. En respectant le droit international".

Le président de la Douma cite l'adoption cette semaine par le Congrès américain d'un texte, non contraignant, appelant le président Joe Biden à vendre les actifs russes saisis et à transférer le produit à l'Ukraine.

"Un précédent dangereux a été créé, qui devrait faire boomerang sur les États-Unis eux-mêmes. Cette décision n'affectera pas l'économie de notre pays. Les yachts, villas et autres biens saisis de riches citoyens (russes) ne contribuent de toute façon pas au développement" de la Russie, indique M. Volodine.

9h25: Nancy Pelosi en visite surprise à Kiev, rencontre Zelensky

La présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky au cours d'une visite surprise à Kiev pour afficher le soutien américain à l'Ukraine, ont annoncé dimanche Kiev et Washington. "Merci aux États-Unis de contribuer à protéger la souveraineté et l'intégrité territoriale de notre État", a twitté le président ukrainien dimanche matin pour accompagner une vidéo où on le voit, flanqué de gardes armés, accueillir Mme Pelosi et une délégation du Congrès devant la présidence à Kiev et ensuite en réunion avec la délégation américaine.

"Les États-Unis sont un chef de file dans le soutien solide de l'Ukraine dans la lutte contre l'agression russe", a poursuivi le président ukrainien.

"Notre délégation s'est rendue à Kiev pour envoyer un message sans équivoque et retentissant au monde entier: les Etats-Unis sont aux côtés de l'Ukraine", selon un communiqué de la délégation américaine publié "à l'issue de la visite de leur délégation" à Kiev qui se rend ensuite dans le sud-est de la Pologne et à Varsovie.

"Un soutien américain supplémentaire est en route", soulignent les parlementaires américains qui assurent qu'ils vont "transformer la forte demande de financement du président Biden en un paquet législatif".

Le président Zelensly s'est de son côté félicité des "signaux très importants" donnés par les Etats-Unis et le président Joe Biden dont le programme Lend-Lease (Prêt-Bail) pour l'Ukraine, comme celui mis en place par les États-Unis pendant la Deuxième Guerre mondiale, afin de fournir aux pays amis du matériel de guerre sans intervenir directement dans le conflit.

"Il s'agit de récentes avancées importantes concernant le soutien militaire et financier à l'Ukraine, ainsi que la décision concernant le Lend-Lease - nous en sommes reconnaissants", a déclaré Volodymyr Zelensky dans un communiqué de la présidence ukrainienne.

La visite parlementaire américaine est intervenue une semaine après le déplacement à Kiev du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken et du ministre américain de la Défense Lloyd Austin.

Au cours de leur déplacement, les deux responsables ont annoncé le retour progressif d'une présence diplomatique américaine en Ukraine et une aide supplémentaire, directe et indirecte, de plus de 700 millions de dollars

7h46: Des millions de tonnes de céréales bloquées en Ukraine

Des millions de tonnes de vivres ne peuvent actuellement pas être utilisées en Ukraine. "Près de 4,5 millions de tonnes de céréales sont aujourd'hui bloquées dans les ports ukrainiens et sur les navires", explique le directeur du Programme alimentaire mondial des Nations unies en Allemagne, Martin Frick. Les ports et les voies maritimes sont fermés en raison de la guerre. Jusqu'au début du conflit, l'Ukraine était l'un des plus importants producteurs de blé et de maïs au monde. Selon des chiffres des Nations unies, plus de 30 millions de tonnes de maïs et près de 25 millions de tonnes de blé ont été récoltées en 2020. De nombreux pays, particulièrement en Afrique du Nord, sont dépendants du blé bon marché provenant d'Ukraine. La céréale est aussi cruciale pour l'aide alimentaire mondiale. "Il y a un besoin urgent des ressources ukrainiennes", commente M. Frick.

Depuis le début de la guerre le 24 février, le Pam a fourni une aide alimentaire à 2,5 millions d'Ukrainiens environ. Le défi est double, explique le responsable du Programme. "Il faut faire parvenir de la nourriture aux personnes coincées en Ukraine et dans le besoin, mais aussi poursuivre le travail ailleurs dans le monde afin d'éviter une crise alimentaire internationale."

Le Pam doit pouvoir accéder aux populations et aux ports afin de relancer l'exportation de nourriture. "La faim ne peut pas être une arme", conclut le directeur.

6H35: L'Allemagne soutiendrait finalement l'interdiction d'importation de pétrole russe

Le gouvernement allemand soutiendrait finalement les projets d'interdiction d'importation du pétrole russe en Europe, a appris l'agence de presse allemande DPA auprès de diplomates de l'UE à Bruxelles. Dans le cadre de la préparation d'un sixième train de sanctions, l'Allemagne se serait en effet prononcée en faveur de l'introduction d'un embargo. Une décision de l'UE dans ce sens est donc devenue plus probable.

À l'heure actuelle, la Hongrie, l'Autriche, la Slovaquie, l'Espagne, l'Italie et la Grèce figurent toujours parmi les pays freinant diplomatiquement une action en ce sens. Elle représenterait particulièrement un problème pour la Slovaquie et la Hongrie, deux pays encore fortement dépendants des livraisons de pétrole russe. Dans les pays du sud de l'Europe, on s'inquiète de la hausse des prix de l'énergie pour les consommateurs.

L'orientation allemande pourrait avoir un lien avec les progrès réalisés dans la recherche de fournisseurs alternatifs. Le ministre de l'Economie Robert Habeck a déclaré mardi que la dépendance de l'Allemagne à l'égard du pétrole russe n'était plus que de 12%, contre 35% avant le début de la guerre.

6h08: Première évacuation de civils de l'usine Azovstal, à Marioupol

Un premier groupe de civils a été extrait dans la nuit de samedi à dimanche de l'aciérie Azovstal, dernière poche de la résistance ukrainienne à Marioupol, dans l'est de l'Ukraine, région où l'armée russe concentre l'essentiel de ses forces.

La sortie d'une vingtaine de civils des sous-terrains de cet immense complexe industriel représente une grande première, toutes les précédentes tentatives d'évacuation ayant échoué, dans cette ville portuaire du sud-est presque entièrement détruite après des semaines de siège.

Le régiment Azov, qui défend cette zone industrielle, a parlé de "vingt civils, des femmes et des enfants". "Ils ont été transférés vers un endroit convenu et nous espérons qu'ils seront évacués vers Zaporijjia, sur le territoire contrôlé par l'Ukraine", a déclaré Sviatoslav Palamar, commandant adjoint du régiment dans une vidéo sur Telegram.

Quelques heures plus tôt, l'agence officielle russe Tass avait annoncé qu'un groupe de 25 civils, dont six enfants, avait pu sortir d'Azovstal, où sont terrés selon Kiev des centaines de militaires et de civils ukrainiens dans des galeries souterraines datant de l'époque soviétique.

"Le régiment Azov continue de déblayer les décombres pour en sortir des civils. Nous espérons que ce processus va se poursuivre et que nous réussirons à évacuer tous les civils", a aussi avancé Sviatoslav Palamar.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky l'a évoqué dans son adresse vidéo de samedi soir en disant: "Nous faisons tout pour que la mission d'évacuation de Marioupol soit menée à bien".

Selon de nouvelles images satellite de Maxar Technologies prises le 29 avril, presque tous les bâtiments d'Azovstal ont été détruits.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, en visite à Kiev jeudi, a assuré de son côté que l'organisation faisait "tout son possible" pour évacuer les civils coincés dans "l'apocalypse" de Marioupol, qui comptait un demi-million de personnes avant l'invasion russe lancée fin février.

La prise totale de cette ville permettrait à Moscou de faire la jonction entre les territoires conquis dans le sud, notamment la péninsule de Crimée annexée en 2014, jusqu'aux républiques séparatistes prorusses de Donetsk et Lougansk, à l'est.

2H50: Antony Blinken confirme le soutien américain à l'Ukraine

(Belga) Le secrétaire d'État américain Antony Blinken a confirmé le "soutien robuste" des États-Unis à l'Ukraine lors d'une conversation téléphonique avec son homologue ukrainien Dmitro Kuleba, rapportent les autorités américaines.

M. Blinken a également laissé entendre que les travaux se poursuivent en vue du retour des diplomates américains en Ukraine. Il a parlé de premières visites dans la ville de Lviv, dans l'ouest du pays, mais les Américains veulent aussi retourner dans la capitale Kiev "dès que possible". Il y a quelques jours, le secrétaire d'Etat lui-même était à Kiev, en compagnie de son collègue à la Défense, Lloyd Austin. Les deux hommes avaient alors promis un soutien supplémentaire contre l'attaque russe. Jeudi, le président Joe Biden a annoncé qu'il souhaitait que le Congrès vote un plan d'aide supplémentaire de 33 milliards de dollars

00H45: Zelensky annonce le décès de quelque 23.000 militaires russes depuis le début du conflit

Depuis le début de l'invasion russe, 23.000 soldats russes sont morts en Ukraine, selon le président ukrainien Volodymyr Zelensky. En outre, plus de mille chars russes et près de 2.500 autres véhicules militaires ont été détruits, a-t-il affirmé dans son discours quotidien, prononcé samedi soir.

Il est toutefois difficile d'estimer l'ampleur réelle des pertes. Moscou a précédemment admis que plus d'un millier de Russes ont été tués depuis le début de la guerre, le 24 février, et estime le nombre de combattants ukrainiens tués à plus de 23.000.

Volodymyr Zelensky a par ailleurs déclaré qu'il s'attendait à ce que la Russie rassemble des "troupes supplémentaires" pour des attaques dans l'est de l'Ukraine. Il a lancé un appel aux militaires russes lors de son discours. "Chaque soldat russe peut encore sauver sa vie. Il vaut mieux pour vous survivre en Russie que de mourir dans notre pays."

Sur le même sujet