Le milliardaire russe Oleg Tinkov dit avoir été "puni" pour son "opinion" sur la guerre en Ukraine

L'entrepreneur russe Oleg Tinkov, dont les parts de la banque phare Tinkoff ont été rachetées par un milliardaire russe proche du Kremlin, a déclaré mardi avoir été "puni" pour son "opinion", après avoir critiqué la guerre en Ukraine.

"Dommage que mon pays ait fini par sombrer dans l'archaïsme, le paternalisme et la servilité. Il n'y a plus de Russie, tout a disparu", a-t-il déclaré dans une publication sur Instagram. "Et les menaces contre moi personnellement, une personne qui lutte contre le cancer du sang le plus grave - la leucémie -, le désir de (me) punir juste pour (...) mon opinion honnête, montrent la déshumanisation finale du régime", a ajouté l'homme âgé de 54 ans.

Le 29 avril, le fonds de Vladimir Potanine, un milliardaire russe proche du Kremlin, a annoncé avoir acheté les parts d'Oleg Tinkov dans la banque Tinkoff.

Fondée en 2006 par Oleg Tinkov et grand succès FinTech des dernières années, cette banque était devenue une des premières banques de détail du pays, tirant sa popularité de ses fonctions innovantes ainsi que de la personnalité atypique de son fondateur.

Quelques jours auparavant, le 19 avril, il avait publiquement fustigé la guerre. "90% des Russes sont CONTRE cette guerre", avait-il assuré sur Instagram, soulignant ne voir "AUCUN bénéficiaire de cette guerre absurde" où "des gens et des soldats innocents meurent". En réaction, la banque Tinkoff a rappelé que ce dernier a quitté le poste de PDG en 2020 et ne prenait plus de décisions concernant les opérations du groupe, et annoncé une refonte de la marque.

Dans une interview avec le New York Times dimanche, Oleg Tinkov s'exprimait pour la première fois après le rachat, affirmant qu'il avait dû faire "une vente désespérée", indiquant ne pas avoir pu négocier et craindre désormais pour sa sécurité.

Mardi, il s'est néanmoins dit reconnaissant envers M. Potanine pour avoir "rapidement racheté" ses actifs. "Adieu à la banque Tinkoff, adieu la Russie. Je n'ai plus rien en Russie. Et c'est mauvais pour la Russie. J'ai été l'un des rares à avoir réussi, malgré, et non grâce au régime", a-t-il ajouté, rappelant qu'à son "apogée", Forbes évaluait sa fortune à 9,4 milliards de dollars. "J'étais fier, pas du montant, mais du fait que dans une Russie corrompue et archaïque, on peut construire une entreprise honnête, libre et de style américain!, a-t-il poursuivi, concluant que "l'Ukraine va gagner car le bien l'emporte toujours sur le mal".

Dans une interview accordée mardi au quotidien italien Corriere della Sera, il a indiqué vivre en Toscane et confier sa protection aux services secrets italiens.

Oleg Tinkov est visé actuellement par des sanctions britanniques.

Sur le même sujet