Médias, criminels de guerre: l'UE va adopter de nouvelles sanctions contre la Russie

Outre des sanctions économiques, l'Union européenne veut viser des médias et criminels de guerre dans son nouveau train de sanctions à l'égard de la Russie.

AFP
Médias, criminels de guerre: l'UE va adopter de nouvelles sanctions contre la Russie
©Shutterstock

Le pétrole, la plus grande banque de Russie, des médias propagandistes ainsi que des militaires et autres responsables identifiés comme criminels de guerre à Boutcha et Marioupol figurent dans le sixième train de sanctions que les États membres de l'Union européenne pourraient valider sous peu, a annoncé mercredi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, devant le Parlement européen. Après avoir décrété un embargo progressif sur le charbon russe dans son cinquième train de sanctions, l'UE s'apprête à frapper une nouvelle fois l'économie russe sur son volet énergétique en ciblant le pétrole, dans l'espoir d'assécher le financement de la "machine de guerre" de Vladimir Poutine.

"Soyons clairs: ce ne sera pas facile", a prévenu Mme Von der Leyen, alors que les États membres doivent se prononcer sur des aménagements pour certains d'entre eux, comme la Hongrie ou la Slovaquie, fortement dépendantes du pétrole russe et fragilisées du fait de leur manque d'accès à la mer.

"Nous renoncerons progressivement aux livraisons russes de pétrole brut dans les six mois et à celles de produits raffinés d'ici à la fin de l'année. Nous exercerons ainsi une pression maximale sur la Russie, tout en réduisant au minimum les dommages collatéraux pour nous et nos partenaires dans le monde", a exposé Mme Von der Leyen devant les eurodéputés réunis à Strasbourg.

L'UE inscrit aussi dans sa liste de sanctions individuelles des officiers militaires de haut rang et d'autres personnes qu'elle accuse d'avoir commis des crimes de guerre à Boutcha ou d'être responsables du siège "inhumain" de Marioupol. "Nous adressons ainsi un autre signal fort à tous ceux qui mènent la guerre du Kremlin: nous savons qui vous êtes, et vous devrez rendre compte de vos actes."

Les sanctions contre les banques russes devraient aussi être étendues, avec l'exclusion du système d'échanges interbancaires SWIFT de la Sberbank, la première banque de Russie avec près de 70% du secteur, ainsi que deux autres grandes banques.

L'UE devrait aussi bloquer l'accès de ses ondes à trois grands radiodiffuseurs d'État russes, a ajouté Mme Von der Leyen. "Ces chaînes de télévision amplifient d'une manière agressive les mensonges de Poutine, nous ne devons plus leur laisser le champ libre pour répandre ces mensonges", a affirmé la cheffe de l'exécutif européen, sans nommer ces médias. Ils ne seront plus autorisés à distribuer leurs contenus dans l'Union européenne d'aucune manière, que ce soit par le câble, par satellite, via l'internet ou par des applications sur smartphone.

Enfin, l'UE devrait interdire la fourniture au Kremlin et à des sociétés russes de services d'experts-comptables, de consultants et de conseillers en communication européens.