"J’aime Boris, il fait du super boulot": À Uxbridge, on pardonne tout, ou presque, à Boris Johnson

Les élections locales partielles du 5 mai constituent un test pour le Premier ministre. Si les conservateurs limitent les dégâts malgré le “Partygate”, il pourrait éviter la rébellion des députés et rester en place.

"J’aime Boris, il fait du super boulot": À Uxbridge, on pardonne tout, ou presque, à Boris Johnson
©AFP
Tristan de Bourbon, envoyé spécial à Uxbridge
Depuis trois mois, les députés du Parti conservateur à la Chambre des communes ont placé les élections locales partielles de ce jeudi 5 mai dans leur ligne de mire. Depuis trois mois, ils attendent de voir si le Partygate , l'affaire des apéritifs et soirées organisés au sein de la résidence officielle du Premier ministre pendant les confinements, a fortement affecté ou non la confiance des électeurs à leur égard. Depuis trois...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité

Sur le même sujet