Qui est Alina Kabaeva, présentée par les médias comme "la petite amie secrète de Poutine"?

Celle que les médias présentent comme la "petite amie secrète de Vladimir Poutine" se retrouve sur la sixième liste des sanctions contre la Russie en discussion à l’Europe.

Putin's Rumoured Olympic Gymnast Lover Vanished
©Tass/ABACA
AFP

L'Union européenne (UE) a proposé jeudi de sanctionner l'ancienne gymnaste russe Alina Kabaeva pour son rôle dans la "propagande" du Kremlin et ses liens "étroits" avec le président Poutine. Elle fait partie d'une nouvelle liste de personnalités menacées d'une interdiction d'entrée dans l'UE et d'un gel des avoirs, dans le cadre d'un 6e paquet de sanctions européennes actuellement en discussion, en réponse à la guerre en Ukraine.

Alina Kabaeva (38 ans) "est la présidente du conseil d'administration de National Media Group (NMG), holding qui détient d'importantes parts dans presque tous les grands médias russes qui reproduisent la propagande du gouvernement", note le Service européen d'action extérieure.

L'ex-gymnaste - championne olympique en 2004 et double championne du monde en gymnastique rythmique et sportive - et ancienne députée de la Douma est "étroitement associée au président Vladimir Poutine", ajoute le document. Des médias prêtent au président russe une relation - dont seraient nés des enfants - avec Alina Kabaeva depuis des années. Selon un récent article du Wall Street Journal, citant des responsables américains, Alina Kabaeva est décrite par un rapport du renseignement américain comme une bénéficiaire de la fortune de Vladimir Poutine. Elle serait revenue à Moscou depuis le début de la guerre après avoir longuement séjourné en Suisse.

En 2008, Vladimir Poutine avait fermement démenti la liaison qui lui était prêtée par les médias - menaçant les journalistes à cet égard. Mais cette relation entre le président russe et la gymnaste est restée dans les esprits et fait l’objet d’une enquête du dissident Alexei Navalny, publiée juste avant son arrestation, en janvier 2021.

Il affirmait que Kabaeva jouissait d’un réseau de propriétés de luxe en Russie, ainsi que d’un poste grassement payé au conseil d’administration du groupe public NMG, offert par un proche de Poutine. "Il ne fait pas de doute qu’Alina Maratovna Kabaeva a dansé mieux que quiconque avec un ballon et un ruban mais n’aurait aucune compétence à gérer des sociétés audiovisuelles et des journaux sans sa connexion avec Poutine", affirmait Navalny.