Guerre en Ukraine: des dizaines de pays demandent une réunion du Conseil des droits de l'homme, réunion spéciale jeudi

L'Ukraine, soutenue par plusieurs dizaines de pays, a demandé lundi la tenue d'une session extraordinaire du Conseil des droits de l'homme des Nations unies en réponse "aux crimes de guerre commis par la Russie" dans le pays.

Guerre en Ukraine: des dizaines de pays demandent une réunion du Conseil des droits de l'homme, réunion spéciale jeudi
©Shutterstock

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU organisera jeudi à la demande de Kiev, soutenue par des dizaines de pays, une session extraordinaire sur "la détérioration de la situation des droits humains en Ukraine" envahie par la Russie. "Aujourd'hui, nous avons demandé une session spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU pour examiner la détérioration de la situation des droits de l'homme en Ukraine", a déclaré l'ambassadrice ukrainienne auprès de l'ONU, Yevheniia Filipenko, dans une vidéo publiée sur Twitter.

Peu après, les Nations unies ont indiqué que la réunion se tiendrait le 12 mai, et précisé que la demande de Kiev était soutenue par 15 autres Etats membres du Conseil, dont la France, la Gambie, le Japon, le Mexique, les Etats-Unis et la Pologne, et par 36 pays observateurs, dont la Bulgarie, la Hongrie, la Suisse et la Turquie.

"Ensemble, nous envoyons un autre message fort à Poutine et à sa clique de criminels de guerre: vous êtes isolés comme jamais auparavant", a affirmé Mme Filipenko, dans la vidéo.

Sur Twitter, la mission de l'Ukraine auprès des Nations unies appelle le Conseil des droits de l'homme à "agir en réponse aux horribles violations des droits de l'homme et crimes de guerre commis par la Russie en Ukraine".

"Nous voulons que l'ONU prenne des mesures concrètes pour lutter contre les violations des droits de l'homme commises par la Russie en Ukraine et les crimes de guerre qu'elle commet quotidiennement contre notre peuple", a demandé Mme Filipenko.

"Cela inclut, a-t-elle dit, une enquête de la Commission d'enquête sur les crimes commis par la Russie à Boutcha et dans d'autres zones libérées".

Elle estime que "c'est aussi l'occasion pour la communauté internationale de se concentrer sur la situation à Marioupol, ainsi que sur les transferts forcés de notre population et sur d'autres violations à l'encontre de civils ukrainiens innocents".

A l'issue d'une réunion de deux jours les 3 et 4 mars sur la situation des droits de l'homme en Ukraine résultant de l'agression russe, le Conseil des droits de l'homme avait adopté à une écrasante majorité une résolution par laquelle il avait décidé de créer d'urgence une commission d'enquête internationale indépendante.

Sur le même sujet