"Depuis le début de la guerre en Ukraine, Poutine a commis quatre erreurs qui font que ce sera long et difficile"

Pour le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, "rien n'a changé depuis le 24 février" concernant le conflit en Ukraine. Jean-Yves Le Drian a pointé "quatre erreurs" de Vladimir Poutine, qui font que cette guerre sera longue et difficile.

M.R.

Attendue avec anxiété, la date du 9 mai n'aura finalement pas été synonyme de tournant dans le conflit ukrainien. Alors que les Russes célébraient le Jour de la Victoire, Vladimir Poutine a tenu un discours, dans lequel il a une nouvelle fois martelé que ses soldats "combattaient pour la patrie". "Une menace absolument inacceptable se constituait, directement à nos frontières", a répété le président russe. Contrairement à ce que certains avaient craint, le chef du Kremlin n'a revendiqué aucune victoire en cette journée de commémorations, prônant au contraire que tout soit mis en oeuvre pour éviter que "l'horreur d'une nouvelle guerre globale ne se répète".

L'attitude de Vladimir Poutine en ce 9 mai doit-elle être perçue comme un signal positif pour la suite des pourparlers entre les deux pays ? Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a fait part de sa perplexité quant aux propos du président russe. "Il n'y a rien de neuf. Rien n'a changé depuis le 24 février dans son discours. L'agression russe continue, la guerre continue (...)", a-t-il constaté sur BFMTV. "Les objectifs de guerre sont les mêmes, que ce soit la neutralisation de l'Ukraine, sa démilitarisation, sa 'dénazification', la récupération des territoires."

"Depuis le début de la guerre en Ukraine, Poutine a commis quatre erreurs qui font que ce sera long et difficile"
©AFP


"Des erreurs qui font que la guerre sera longue et difficile"

M. Le Drian a ainsi estimé qu'il y avait une "forme d'enfermement du président russe dans la guerre". Mais il a toutefois postulé que "depuis le début de la guerre, Poutine avait commis quatre erreurs stratégiques". "La première, c'est de penser que l'Ukraine allait tomber comme cela (...). Il pensait que l'accueil des 'libérateurs' allait être favorable et qu'ils allaient vite désarçonner les autres. Ça n'a pas été le cas, au contraire, l'intervention de la Russie a renforcé l'unité ukrainienne. (...) La deuxième erreur, c'est de penser que l'Europe aurait été fragile, un peu mou du genou dans sa réaction. Ça a été le contraire. L'agression russe a fait passer l'Europe dans une dynamique de décision et d'unité extrêmement significative."

>> À lire également: Pour la première fois, un ex-commandant de l’armée Wagner témoigne à visage découvert

Selon le ministre français des Affaires étrangères, la troisième erreur de Poutine concerne l'OTAN. "Il y avait des interrogations sur cette alliance ces dernières années (...). Il y avait un doute sur la solidarité. Mais du fait de l'intervention, l'alliance s'est retrouvée sur ses fondamentaux, qui sont la solidarité collective dans l'espace euro-atlantique."

Enfin, M. Le Drian a argué que le chef du Kremlin avait surestimé la force de son armée et de ses choix stratégiques. "C'est sa quatrième erreur", a-t-il conclu sur BFMTV. "Ces quatre éléments réunis font que nous sommes face à une guerre qui sera longue et difficile."

Sur le même sujet