Une figure des Pussy Riot s'échappe de Russie déguisée en livreuse de repas : "Un gros et imprévisible pied de nez aux autorités russes"

Déjà assignée à résidence, Maria Aliokhina a fui la Russie après avoir été condamnée à une nouvelle peine de prison.

Maria Aliokhina, membre de longue date des Pussy Riot, le groupe de rock féministe russe contestataire du pouvoir, s'est enfuie de son pays en avril dernier, en se déguisant en livreuse de repas à domicile. Cette dernière a raconté son périple au New York Times, digne "d'un roman d'espionnage".

L'activiste de 33 ans avait été condamnée en septembre dernier à un an de "restrictions" : assignation à résidence, couvre-feu nocturne et interdiction de quitter Moscou, pour avoir appelé à manifester contre l’arrestation du principal opposant russe Alexeï Navalny. En avril, les autorités russes ont durci sa peine, la transformant en 21 jours de séjour dans une colonie pénitentiaire, lors d'une audience à laquelle Maria Aliokhina ne s'est pas présentée.

Ce n'est pas la première fois que l'artiste est condamnée. La première fois, c'était en 2012. Elle a fait de la prison pour avoir joué une "prière punk" dans la principale église de Moscou. Elle a par la suite effectué six courts séjours en prison.

Cette fois ci, semble être la fois de trop, puisque Maria Aliokhina a décidé de quitter la Russie, déguisée en livreuse, afin d'échapper à la police de Moscou, qui surveillait son lieu de résidence. Elle a également laissé son téléphone portable dans l'appartement de l'amie qui l'hébergeait pour empêcher d'être tracée par les forces de l'ordre.

Dans une photo publiée par sa compagne Lioussia Chteïn, aussi membre des Pussy Riot, et largement relayée sur les réseaux sociaux, on peut voir Maria Aliokhina vêtue de l'uniforme vert des livreurs de la société Delivery Club, et portant le sac de livraison des repas sur le dos. Mme Aliokhina "n'a pas fui la Russie, elle est partie en tournée" qui commencera par un concert le 12 mai à Berlin, pour collecter de l'argent pour l'Ukraine, a relevé Lioussia Chteïn sur twitter.

Elle a ensuite traversé la frontière jusqu'à la Biélorussie, conduite par un ami. De là, elle a mis une semaine à atteindre la Lituanie, après plusieurs tentatives, explique-t-elle au média américain depuis Vilnius. Maria Alyokhina est parvenue à quitter la Biélorussie, alliée de Moscou, qu'après le troisième essai. Lors d'une première tentative elle a été retenue par des gardes-frontières biélorusses pendant six heures. Elle a été renvoyée par un officier, au second essai de fuite. La troisième fois fut la bonne, grâce à des documents envoyés par ses amis. "Au moment où elle est arrivée à la frontière biélorusse avec la Lituanie, elle avait un visa lituanien qu'elle a essayé d'utiliser avec sa carte d'identité nationale russe, car la Russie avait confisqué son passeport. À ce moment-là, elle avait été placée sur la liste des 'recherchés' de la Russie", relate le New York Times, cité par FranceInfo.

"Je suis contente de l'avoir fait, car c'est un gros et imprévisible 'pied de nez' aux autorités russes", a-t-elle déclaré.

Sur le même sujet