À 75 ans, une première condamnation qui tient compte de son rôle d’informateur

Cheikh Bassam avait été arrêté en mars 2018 en France, alors qu’il revenait de Syrie. On lui reprochait d’avoir encadré le voyage sur zone de combats d’un jeune Français.

À 75 ans, une première condamnation qui tient compte de son rôle d’informateur
©REPORTERS
Christophe Lamfalussy (à Paris)
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné vendredi le cheikh Bassam Ayachi à cinq ans d’emprisonnement, dont quatre avec sursis assorti d’un contrôle probatoire, pour "association de malfaiteurs terroriste". À 75 ans, le prédicateur...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité