Irlande du Nord: Londres en appelle à l'UE pour résoudre l'impasse

Le ministre britannique chargé de l'Irlande du Nord a répété qu'il revenait à l'Union européenne d'assouplir sa position pour résoudre le différend sur les dispositions post-Brexit dans cette province britannique en crise politique.

Irlande du Nord: Londres en appelle à l'UE pour résoudre l'impasse
©AFP PHOTO / PRU

Le gouvernement britannique a provoqué la colère de Bruxelles et Washington en menaçant d'agir unilatéralement pour modifier le protocole nord-irlandais, conclu dans le cadre du Brexit et prévoyant des contrôles douaniers spécifiques pour la province britannique.

Londres tente ainsi d'apaiser le mécontentement des unionistes nord-irlandais qui refusent de participer à un nouveau gouvernement à Belfast --dirigé pour la première fois par les républicains du Sinn Fein après leur victoire aux élections locales du 5 mai-- si le protocole n'est pas modifié.

Interrogé par le journal Sunday Telegraph, le ministre chargé de l'Irlande du Nord, Brandon Lewis, a dit redouter que l'absence d'un exécutif en Irlande du Nord ne se prolonge si Bruxelles ne cède pas du terrain.

"J'ai moi-même fait valoir ce point auprès de l'UE avant les élections. À mon avis, il était beaucoup plus facile d'obtenir un accord avant les élections qu'après", a-t-il dit au journal. "L'idée que ça allait être plus facile après les élections était folle de la part de l'UE", a-t-il ajouté.

Le protocole a été signé pour protéger le marché unique européen après le Brexit sans provoquer le retour d'une frontière dure entre l'Irlande du Nord britannique et la République d'Irlande européenne, et ainsi préserver la paix conclue en 1998 avec l'accord du Vendredi saint, après trois décennies de troubles sanglants entre unionistes et républicains.

Londres souhaite renégocier en profondeur ce protocole. L'UE, qui a redit vendredi sa volonté d'aboutir à des "solutions communes", est prête seulement à des aménagements.

Ce texte crée une frontière douanière de fait avec la Grande-Bretagne et menace, selon les unionistes, la place de la province au sein du Royaume-Uni à laquelle ils sont viscéralement attachés.

Après que Londres a précisé ses intentions, la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, a exprimé sa "profonde inquiétude", prévenant que le Congrès américain bloquerait un accord de libre-échange convoité par le Royaume-Uni si la paix était menacée.

Samedi, la cheffe de la diplomatie britannique, Liz Truss, a accueilli une délégation de parlementaires américains menée par le démocrate Richard Neal. Ce dernier a évoqué sur Twitter une "franche discussion concernant notre devoir de protéger la paix et la stabilité sur l'île d'Irlande".

Il a appelé "à des négociations de bonne foi avec l'UE pour trouver des solutions durables au commerce post-Brexit entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord".

Mme Truss a dit sur Twitter avoir discuté avec lui de l' "engagement indéfectible" du Royaume-Uni envers l'accord du Vendredi saint.

Selon le journal The Observer, la ministre a cependant déclaré à la délégation américaine que Londres ne pouvait pas laisser l'impasse politique "s'éterniser" en Irlande du Nord.