Elisabeth Borne quitte son poste de ministre du Travail "fière" : "Le plein emploi est à portée de main"

La passation de pouvoir entre Elisabeth Borne et son successeur au ministère du Travail, Olivier Dussopt a eu lieu ce lundi.

"Je suis fière aujourd'hui de quitter ce ministère alors que le plein emploi est à portée de main, le taux de chômage est au plus bas depuis 15 ans, le taux de chômage des jeunes est au plus bas depuis 40 ans et jamais autant de Français n'avaient eu un travail", a déclaré Mme Borne en guise de bilan, en passant la main sur le perron de l'hôtel du Châtelet.

"Ces résultats, ce sont d'abord le fruit de réformes nécessaires, exigeantes", a-t-elle poursuivi, évoquant notamment celle de l'assurance-chômage, qu'elle a portée, et qui, a-t-elle dit, "accompagne mieux les Français tout en fixant une ligne claire: c'est toujours le travail qui doit payer".

Le seuil du plein emploi est fixé à un taux de chômage entre 5% et 5,5%. Il était de 7,3% au premier trimestre 2022.

"Vous prenez vos fonctions dans un ministère au nom changé et aux ambitions encore rehaussées", puisqu'il est devenu le ministère du Travail, du Plein Emploi et de l'Insertion, a-t-elle souligné en s'adressant à M. Dussopt.

Elle a également rappelé que 730.000 contrats d'apprentissage avaient été signés en 2021, soit deux fois plus qu'en 2017. "Votre mission, cher Olivier, sera de porter ce chiffre à un million de contrats signés", a-t-elle enjoint à son successeur.

Les syndicats reçus cette semaine

Mme Borne a par ailleurs salué les partenaires sociaux, syndicats et patronat, qui "sont le coeur battant de notre vie sociale. Ils sont exigeants, c'est normal et chaque projet doit être discuté, étudié, construit avec eux", a-t-elle dit.

De son côté, Olivier Dussopt, se décrivant comme "fils d'ouvriers" et "produit d'une trop rare ascension sociale que le travail doit permettre", a rappelé qu'il aurait la lourde tâche de mener la réforme "nécessaire des retraites" et qu'il entendait "dialoguer et concerter" avec les partenaires sociaux pour qu'elle "soit menée à bon port" et qu'elle soit "aussi juste que responsable".

A propos des partenaires sociaux, M. Dussopt, qui était ministre délégué chargé des Comptes publics dans le gouvernement Castex, a annoncé qu'il allait "les recevoir tous dès cette semaine afin d'évoquer avec eux leurs projets et leurs attentes", et de "nouer tout de suite une relation de travail et, je l'espère, une relation de confiance".

Interrogé sur LCI lundi matin, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a réaffirmé que "l'urgence sociale, (ce ne sont) pas les retraites, c'est le pouvoir d'achat, l'emploi, l'évolution du travail et du rapport au travail".

"Il n'y aura pas de discussion pendant l'été avec la CFDT" sur les retraites, a-t-il prévenu, estimant qu'"il n'y a pas à ce point une urgence qu'il faudrait une mesure au 1er septembre".

Rappelant que le ministre de l'Economie reçoit lundi après-midi les organisations patronales, le patron du premier syndicat français a "invit(é)" Bruno Le Maire à réunir aussi les syndicats.

"On veut une vraie conférence sociale sur la question du pouvoir d'achat et des salaires", a-t-il dit.