Le procès des attentat du 13 novembre évoque le sort des "orphelins" des attentats

"Quarante-sept ne diront plus jamais papa. Vingt ne diront plus jamais maman. Et deux ne diront plus jamais ni maman, ni papa". Le sort des enfants orphelins, "victimes du terrorisme", a été lundi au coeur des plaidoiries d'une demi-douzaine d'avocats de parties civiles au procès des attentats du 13-Novembre.

Le procès des attentat du 13 novembre évoque le sort des "orphelins" des attentats
©AFP

"Deux syllabes. Deux syllabes, Papa, Maman, que 69 enfants ne prononceront plus jamais", a rappelé à la barre l'avocate Helena Christidis, citant les noms d'Iris, Hector, Mathilde, Emilie, Micha, Tamia, Kevin, Sami, Elsa et plusieurs autres, "victimes par ricochet" des attentats qui ont causé la mort de 130 personnes à Paris et Saint-Denis le 13 novembre 2015.

Sur l'écran de la salle d'audience de la cour d'assises spéciale de Paris défilent des dessins montrant les cauchemars de ces enfants privés de parents. Un des dessins représente un enfant, les yeux grand ouverts, la nuit, dans un lit, seul avec le parent survivant. Au-dessus et au-dessous du lit flottent des fantômes.

Pour ces enfants "finis les anniversaires, les bougies, les instants d'amour, les fêtes des mères, des pères". Me Christidis évoque l'effacement progressif des souvenirs heureux, le son des voix aimées et les odeurs familières qui s'estompent. On grandit mais "de façon bancale".

Il y a aussi, poursuit l'avocate, la peur de perdre l'autre parent ou l'incompréhension des copains - "Ça fait 6 mois maintenant que ton père est mort, tu peux arrêter de faire la tête ?" -. "C'est si destructeur que certains, à ce si jeune âge, sont déjà sous anxiolytiques", dit l'avocate.

Au cours du procès, commencé le 8 septembre 2021, on a entendu plusieurs témoignages de jeunes gens ayant perdu un ou leurs deux parents et de mère ou père ayant perdu leur compagnon ou leur compagne. A chaque fois, ce furent des récits douloureux évoquant des blessures jamais cicatrisées.

On se souvient ainsi du témoignage de Corinne qui avait laissé son fils de 6 ans profiter d'un anniversaire avant de lui expliquer que son père ne reviendrait pas. Corinne avait raconté à la barre le regard perdu de son fils et son cri : "Mais alors, je verrai plus jamais mon papa ?".

"Victimes par retardement"

"Les enfants du 13 novembre 2015 sont tous des victimes, des victimes par retardement", explique Me Léa Capiaux, avocate de Milan, 10 ans à l'époque, et de son père venus ensemble au Bataclan.

Milan dont c'était "le premier concert" et son père ont survécu au massacre mais les séquelles demeurent intactes.

"Il aurait dû découvrir la musique. Il a découvert la terreur. La peur de voir son père mourir. Cette soirée a bouleversé son enfance. Leur vie est bouleversée à jamais", insiste Me Capiaux.

"Etre enfant victime du terrorisme, c'est un mois et demi sans câlin de ce père qui a peur de la mort. C'est faire des dessins de ses parents avec des visages tristes et apeurés, plein de stupeur. C'est détester les exercices attentat à l'école", résume une avocate.

"Les terroristes leur ont volé leur enfance, leur innocence", dit-elle.

Dans sa plaidoirie, Me Christidis n'oublie pas l'avenir incertain des enfants des accusés et de ceux, enfants de jihadistes, enfermés dans les camps en Syrie. "Oui, messieurs les accusés, vos enfants n'ont pas demandé à naître dans ce monde. Dans ce monde que vous avez choisi. Que vous avez empli de terreur", dit l'avocate en se tournant vers des accusés qui écoutent tête baissée.

"Messieurs les accusés, vous avez contribué à ces tueries de masse. 69 orphelins et des centaines d'enfants de survivants, marqués à vie, devenus hélas adultes bien trop tôt", insiste-t-elle.

Les plaidoiries des avocats des parties civiles qui ont choisi de mutualiser leur temps de parole autour de thématiques doivent se poursuivre jusqu'à la fin de la semaine.

Le verdict est attendu le 29 juin.