Elizabeth II : trois anecdotes de dressing

Elizabeth II : trois anecdotes de dressing
©Carl Court/AFP

La chapeau anti-Brexit

En Juin 2107, lors de la session d'ouverture du Parlement britannique, la Reine ne se présente pas en couronne et longue robe. Elle arbore, pour une fois, un ensemble bleu, couronné d'un chapeau Breton-Brim dont les bords lui permettent de voir et d'être vue. Son habilleuse, Angela Kelly, explique : "C'était aussi le jour de la Jarretière, les engagements étaient nombreux, la cérémonie fut donc simplifiée". Or, ce changement dans l'habituel protocole vestimentaire de la Reine ne manqua pas d'être interprété par la presse du monde entier. Son chapeau bleu décoré de fleurs perlées jaunes fit dire que la Reine portait un chapeau pro-européen, alors que s'ouvraient les négociations sur le Brexit. On mit peu de temps à conclure que si la Reine ne pouvait se prononcer en matière politique, elle le faisait alors avec ce qu'elle arborait. Elizabeth II, femme sandwich ?

Elizabeth II : trois anecdotes de dressing
©Carl Court/AFP

La robe pour sauter en parachute

En juillet 2012, Londres est la ville organisatrice de J.O. Et le réalisateur Danny Boyle doit inventer une cérémonie d'ouverture qui en jette. L'idée jaillit : la Reine arrivera au Stade olympique par la voie des airs. Et, protégée par le meilleur des agents de la Couronne, 007 lui-même, elle sautera en parachute pour rejoindre le coeur du stade.

La scène est connue : Daniel Craig alias 007 arrive à petite foulées à Buckingham Palace, il rêve d'écrabouiller les petits cabots royaux. Il est attendu par Paul Whybrew, le page personnel de la Reine, qui l'introduit dans le bureau de la souveraine. Celle-ci est occupée à terminer un courrier et puis, royale, elle se tourne vers lui, et jette un "Good evening, Mister Bond" des plus cinématographiques.

Elizabeth II : trois anecdotes de dressing
©Capture d'écran

La suite ? Elizabeth monte dans l'hélico Union Jack, survole la City, effleure le London Bridge, fait un clin d'oeil à The Big Eye et, accompagnée de Bond, saute en parachute signant là une arrivée fracassante.

Le défi pour son habilleuse, Angela Kelly ? Trouver une couleur qui ne rappelle aucun drapeau d’aucune nation. Elle choisit donc une étoffe de couleur pêche. Autre défi : choisir un modèle qui n’entrave pas trop la Reine pour la soirée d’ouverture, mais, surtout qui n’entrave pas Gary Connery, le parachutiste doublure de la Reine, qui porte ce soir-là la même robe qu’elle.

Détail amusant : la robe portée par ledit Gary est garnie d’une culotte à volants pour éviter que la robe lui remonte sur le visage lors du saut en parachute.

Le chapeau retors de Kuala Lumpur

En 1998, la Reine est invitée à Kuala Lumpur dans le cadre des obligations du Commonwealth. Comme il fait très chaud, l'habilleuse de la Reine décide que la Reine ne portera pas de manteau. Mais, donc "il nous fallait une couleur vibrante et un chapeau qui se voit". Commande est passée au modiste, le chapeau arrive mais la Reine n'a pas le temps d'essayer ledit chapeau avant le voyage officielle. Le jour de la cérémonie, à l'ouverture de la boîte à chapeau, malheur ! "Aussitôt que j'aie eu le chapeau entre mes mains, j'ai su qu'il n'irait pas à la Reine". Un chapeau en forme de coquillage ! "Et la reine devait donner un discours qui serait retransmis en live sur les télévisions du monde entier".

"But I must wear something", rappelle alors la Reine à son habilleuse. Apres réflexion et consultation du duc d'Edimbourg, les deux femmes démontrent leur pragmatisme dans la communication vestimentaire. "Il fut alors décidé que la Reine porterait le chapeau à l'envers." Et voilà comment on dit Bye bye au chapeau coquillage.

Elizabeth II : trois anecdotes de dressing
©DR

--> A lire : "The Other Side of the Coin, The Queen, the Dresser and the wardrobe", aux éditions HarperCollins Publishers