Pays-Bas: le logiciel espion israélien controversé Pegasus utilisé contre le criminel le plus recherché du pays

Les services secrets néerlandais ont utilisé le logiciel espion israélien controversé Pegasus pour pirater des cibles, dont le criminel le plus recherché du pays, a rapporté jeudi un quotidien néerlandais.

Pays-Bas: le logiciel espion israélien controversé Pegasus utilisé contre le criminel le plus recherché du pays
©AFP

En 2019, les services secrets néerlandais (AIVD) ont utilisé le logiciel acheté au groupe israélien NSO pour accéder au baron présumé de la drogue alors en fuite, Ridouan Taghi, a affirmé le quotidien de référence de Volkskrant.

Pegasus, qui permet d'activer à distance les caméras et les micros d'un smartphone, a été au coeur de la controverse l'an dernier après que plusieurs médias ont rapporté que des gouvernements du monde entier l'avaient utilisé pour espionner des opposants.

Sur la base de quatre sources anonymes, de Volkskrant rapporte que bien que la recherche de criminels ne soit pas le rôle des services secrets, ils ont aidé la police à retrouver Taghi, arrêté à Dubaï en 2019.

Le journal a déclaré que l'AIVD avait "entre autres" utilisé Pegasus pour espionner le criminel, actuellement jugé pour meurtre avec 16 autres personnes aux Pays-Bas, mais n'a pas précisé qui d'autre aurait pu être ciblé.

L'utilisation du logiciel en a fait sourciller plus d'un aux Pays-Bas, ardeurs défenseurs du respect de la vie privée.

Les logiciels espions "sont une forme d'écoute plus intrusive que ce que vous trouvez dans le livre de George Orwell 1984", a déclaré le député indépendant Pieter Omtzigt au Volkskrant.

"Je veux savoir le contexte dans lequel il a été utilisé, contre quel type de personnes et comment la surveillance a été organisée", a-t-il ajouté.

La députée européenne Sophie in 't Veld, qui fait partie d'une enquête du Parlement européen sur Pegasus, a déclaré que le logiciel espion était "massivement invasif" et avait été utilisé par d'autres pays "à des fins politiques".

Ni l'AIVD, ni le groupe NSO n'ont réagi. Selon la société, "la technologie de NSO est utilisée par les agences d'enquête du monde entier pour prévenir les attaques terroristes".

Le Parlement européen a créé une commission d'enquête spéciale en mars sur l'utilisation présumée du logiciel espion ou d'autres logiciels de surveillance dans l'UE, notamment en Hongrie et en Pologne.

Madrid s'est engagé la semaine dernière à renforcer la surveillance des services secrets espagnols après un scandale provoqué par la révélation que les téléphones de politiciens avaient été écoutés au moyen du logiciel.