Emmanuel Macron : "Poutine a fait une erreur historique et fondamentale"

Le président français a donné une interview à plusieurs journaux de la presse régionale publiée vendredi soir, dans laquelle il s'exprime sur plusieurs sujets : législatives, guerre en Ukraine, Stade France...

AFP
Emmanuel Macron : "Poutine a fait une erreur historique et fondamentale"
©AFP

Le président français Emmanuel Macron a estimé vendredi que son homologue russe Vladimir Poutine avait commis "une erreur historique et fondamentale" en attaquant l'Ukraine et qu'il était aujourd'hui "isolé". "Je pense, et je lui ai dit, qu'il a fait une erreur historique et fondamentale pour son peuple, pour lui-même et pour l'Histoire", a déclaré M. Macron, au 100ème jour de conflit, dans une interview à la presse régionale française.

"Je pense qu'il s'est isolé. S'enfermer dans l'isolement est une chose, savoir en sortir est un chemin difficile", a également souligné Emmanuel Macron. Le président français a répété qu'il ne fallait "pas humilier la Russie" - des propos très mal perçus dans l'est de l'Europe - "pour que le jour où les combats cesseront, nous puissions bâtir un chemin de sortie par les voies diplomatiques".

Pressé de se rendre à Kiev, alors que nombre de ses homologues européens s'y sont déjà rendus, il a répondu : "Aujourd'hui, je n'exclus rien". "Nous voulons accroître le soutien financier et militaire à l'Ukraine. Et enfin, tout faire pour sortir les céréales d'Ukraine", a-t-il ajouté, contredisant Vladimir Poutine pour qui l'exportation de ces céréales n'est "pas un problème."

Les livraisons par la France de canons Cesar à l'armée ukrainienne seront "compensées", a-t-il par ailleurs précisé. "J'ai demandé à nos industriels d'accélérer la production d'armements, il ne s'agit pas seulement de reconstituer nos stocks mais aussi de renforcer notre indépendance", a insisté le chef de l'Etat.

Le chef de l'Etat français a aussi évoqué la polémique réforme des retraites. Elle entrera en vigueur "dès l'été 2023", a assuré Emmanuel Macron dans une interview à plusieurs journaux de la presse régionale."Quant au travail sur la réforme des retraites, qui est indispensable au financement de nos transformations, il commencera après ce Conseil (national de refondation destiné à définir une nouvelle méthode de gouvernance, ndlr) et la réforme entrera en vigueur dès l'été 2023", a déclaré le chef de l'Etat.

Elections législatives

Emmanuel Macron veut réunir après les législatives un "Conseil national de la refondation" avec les "forces politiques, économiques, sociales, associatives" ainsi que des citoyens tirés au sort, pour "atteindre" cinq objectifs qui toucheront notamment au pouvoir d'achat et à l'écologie.

"J'ai porté cinq objectifs pendant la campagne : l'indépendance (industrielle, militaire, alimentaire...), le plein-emploi, la neutralité carbone, les services publics pour l'égalité des chances et la renaissance démocratique avec la réforme institutionnelle. Pour les atteindre je veux réunir un Conseil national de la refondation, avec les forces politiques, économiques, sociales, associatives, des élus des territoires et de citoyens tirés au sort", affirme le président de la République dans un entretien à plusieurs quotidiens régionaux diffusé vendredi soir. "Ce conseil, que je lancerai moi-même, sera enclenché dès après les législatives" des 12 et 19 juin.

"Indigné" par les scènes de chaos au Stade de France

Emmanuel Macron s'est dit vendredi "indigné" par "ce que nous avons vu" au Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions samedi dernier.

"J'ai été comme nous tous indigné par le désordre sous toutes ses formes et par ce que nous avons vu. J'ai une pensée pour les familles qui ont été bousculées, qui n'ont pas pu accéder aux places qu'elles avaient payées. C'est pour cela que je souhaite qu'on puisse les indemniser le plus vite possible", a-t-il souligné dans un entretien à la presse régionale, répétant avoir "demandé au gouvernement de déterminer les responsabilités et de les expliquer dans les moindres détails à nos compatriotes, aux Britanniques et aux Espagnols".