"Vous avez humilié les habitants de Paris": après le chaos du Stade de France, des supporters accablent Darmanin au Sénat

"Scènes de chaos", "peur pour (leur) vie"... Des supporters entendus mardi devant le Sénat ont décrit le "jour effroyable" vécu lors de la finale de Ligue des champions au Stade de France, réclamant des comptes au ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qu'ils ont appelé à démissionner.

AFP

Trois semaines après l'audition de Gérald Darmanin devant une délégation de sénateurs, son rôle a été souvent évoqué mardi lorsque les parlementaires ont cette fois entendu un haut dirigeant de l'UEFA, deux représentants de supporters de Liverpool, un supporter du Real Madrid et des responsables du groupe Football Supporters Europe (FSE).

En cause, les accusations du ministre quelques heures après les graves dysfonctionnements dans l'organisation de la finale: Gérald Darmanin avait fustigé les supporters anglais, présentant la thèse d'une "fraude massive, industrielle et organisée de faux billets" créant le désordre.

"Vous, monsieur (Darmanin), avez humilié les habitants de Paris. Vos mensonges sans fin et vos faux récits n'ont fait qu'amplifier notre traumatisme", a asséné Ted Morris, représentant de l'Association des supporters handicapés de Liverpool, présent au Stade de France le 28 mai.

"Je vous demande de retirer vos accusations brutales et sans fondement et, si vous n'avez pas la décence de le faire, vous devez choisir la solution la plus honorable et démissionner", a-t-il lancé.

"Traumatisés"

Devant les sénateurs, Ted Morris a lu les témoignages de supporters handicapés "traumatisés", victimes de vols ou d'agressions par des bandes locales à Saint-Denis ou aspergés de gaz lacrymogènes par les forces de l'ordre.

"C'est l'expérience la plus terrifiante que j'aie jamais eue en Europe avec Liverpool", a-t-il dit, rappelant le traumatisme vécu en 1989 par Liverpool à Hillsborough, où 97 supporters avaient été tués dans un gigantesque mouvement de foule.

La thèse de Gérald Darmanin a également été fragilisée mardi matin par l'audition de Martin Kallen, directeur général d'UEFA Events, filiale de l'instance européenne chargée des opérations commerciales événementielles.

Alors que M. Darmanin avait maintenu devant les sénateurs le nombre controversé de "35.000 supporters" munis, selon lui, de billets falsifiés ou dépourvus de billet, ce dirigeant suisse a démonté ce chiffre.

"On sait qu'on a eu autour de 2.600 billets apportés aux tourniquets qui étaient faux", a dit Martin Kallen.

"Mais beaucoup de faux billets ne sont jamais arrivés aux tourniquets (...) Combien ? on ne sait pas, on ne pouvait pas vraiment vérifier. On ne croit pas que c'était le chiffre mentionné après les premiers jours en France, soit plus ou moins 30.000 à 40.000", a-t-il asséné.

Réputation écornée

Membre du groupe de supporters "Spirit of Shankly", Joe Blott a aussi demandé aux autorités françaises de "rétracter" leurs accusations et de présenter "des excuses complètes", pointant la réputation écornée de la France.

"Pour assurer la sécurité des supporters lors de la Coupe du monde de rugby (en 2023, NDLR) et aux Jeux olympiques (2024) dans les prochaines années, il faut une enquête complète, indépendante et transparente pour que le monde retrouve confiance dans la capacité de la France à organiser des événements sportifs planétaires", a-t-il dit.

Pour l'heure, l'UEFA a annoncé fin mai une enquête confiée à l'ancien ministre portugais de l'Éducation, de la Jeunesse et des Sports, Tiago Brandao Rodrigues.

Martin Kallen a précisé que ce dernier avait débuté ses travaux "cette semaine" et pourrait rendre ses conclusions "en septembre".

En attendant, le dirigeant suisse a émis quelques recommandations. Comme par exemple "travailler le plus possible avec des billets électroniques", "avoir plus de travail sur les périmètres" de sécurité, ou "avoir une meilleure communication avec les acteurs en place".

Pour Martin Kallen, les billets papiers, plus aisément falsifiables, étaient moins opportuns que les billets électroniques certifiés. Mais "ce n'est pas seulement les billets papiers qui ont créé le chaos devant les portes", a-t-il fait valoir.

"Les causes sont multiples: grève des transports, mauvaises réactions des stadiers, des forces de l'ordre, il y a eu des délinquants (dans le périmètre, NDLR), un flux extrêmement grand devant le stade sans billet ou avec des faux billets", a-t-il fait valoir.