Avant Salah Abdeslam, quatre condamnés ont écopé de la même peine dans l'histoire pénale française

Salah Abdeslam devient le cinquième condamné de l'histoire pénale française à écoper de cette peine.

Après 10 mois d'audience, le verdict du procès concernant le sort de Salah Abdeslam ainsi que de ses coaccusés est tombé ce mercredi soir.

Salah Abdeslam est reconnu comme "co-auteur" des attentats, "co-auteur de meurtres, de tentatives de meurtre, de séquestration, de tentatives de meurtres sur des personnes dépositaires de l'autorité publique, le tout en bande organisée." Il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité incompressible.

La perpétuité incompressible, ou perpétuité réelle, est la plus lourde sanction prévue par le Code pénal français. Cette "perpétuité réelle" rend impossible de demander un aménagement de peine. En France, il est toutefois possible pour le condamné, au bout de trente ans passés en prison, de demander au tribunal de l'application des peines de revenir sur cette impossibilité.

Cette condamnation est historique puisqu'elle n'a été prononcée qu'à quatre reprises jusqu'à aujourd'hui. Elle a été instaurée en 1994 sous l'impulsion du ministre de la Justice Pierre Méhaignerie, marqué par le viol et le meurtre d'une fillette par un homme déjà condamné pour des crimes sexuels.

Elle n'avat été prononcée jusqu'à présent que pour des meurtres d'enfants accompagnés de viol ou torture :

  1. En 2007, contre Pierre Bodein dit "Pierrot le fou" ;
  2. En 2008, contre Michel Fourniret - depuis décédé en prison ;
  3. En 2013, contre Nicolas Blondiau ;
  4. En 2016, contre Yannick Luende Bothelo.