Mario Draghi absent du dernier jour de sommet de l'Otan

AFP
Mario Draghi absent du dernier jour de sommet de l'Otan
©AFP

Le Premier ministre italien Mario Draghi est absent au dernier jour du sommet de l'Otan jeudi à Madrid, ont annoncé ses services, alors que sa coalition affronte de nouvelles turbulences. M. Draghi est rentré à Rome après le dîner organisé mercredi soir en l'honneur des chefs d'Etat et de gouvernement, officiellement pour préparer un conseil des ministres qui doit se tenir jeudi pour faire face à l'impact de la hausse des coûts de l'énergie sur les factures des Italiens.

Une source gouvernementale a indiqué à l'AFP que la décision de rentrer plus tôt à Rome avait été prise pour préparer cette importante réunion ministérielle.

A Madrid, M. Draghi a participé aux discussions qui ont porté notamment sur l'Ukraine et l'élargissement de l'Otan à la Finlande et à la Suède. C'est son ministre de la Défense, Lorenzo Guerini, qui l'a remplacé pour les discussions prévues jeudi matin.

Ce changement d'emploi du temps est intervenu après la polémique déclenchée par des informations affirmant que le Premier ministre aurait demandé au Mouvement 5 Etoiles, membre de sa coalition, le départ de son leader Giuseppe Conte, qui est également son prédécesseur à la tête du gouvernement.

Il aurait fait cette demande auprès du fondateur du mouvement, Beppe Grillo, ce que les services de M. Draghi ont catégoriquement démenti.

Interrogé mercredi sur cette polémique, M. Draghi a indiqué à la presse avoir parlé à M. Conte plus tôt dans la journée et qu'il lui parlerait de nouveau jeudi. "Le gouvernement n'est pas en danger", a-t-il ajouté.

M. Conte est en difficulté après que l'ex-dirigeant des 5 Etoiles Luigi Di Maio, actuel ministre des Affaires étrangères, eut quitté le parti la semaine dernière pour fonder un parti dissident.

MM. Conte et Di Maio sont depuis longtemps en désaccord sur l'orientation du parti, né comme une formation antisystème mais au pouvoir depuis 2018 au sein de diverses coalitions. Le parti, en chute dans les sondages, est rongé par les défections et les divisions.

Même si Conte et Di Maio ont promis la semaine dernière de continuer à soutenir le gouvernement, M. Conte a souligné mercredi que la supposée intervention de M. Draghi dans les affaires internes d'un parti était un grave problème.

M. Draghi, ex-chef de la Banque centrale européenne (BCE), n'a jamais été élu à aucune fonction politique et a été appelé à la tête du gouvernement par le président Sergio Mattarella début 2021 après la chute de la coalition de M. Conte.

Tous les partis à l'exception de la formation d'extrême droite Fratelli d'Italia soutiennent le gouvernement de Mario Draghi, qui doit faire face à la relance post-Covid et à la crise causée par la guerre en Ukraine.

Les élections législatives prévues en 2023 font également monter les tensions entre les partenaires de cette coalition hétéroclite.