Borne au parlement français: "Le désordre et l'instabilité ne sont pas des options"

La Première ministre Élisabeth Borne a promis mercredi des "réponses radicales à l'urgence écologique", que ce soit "dans notre manière de produire, de nous loger, de nous déplacer, de consommer".

AFP
Borne au parlement français: "Le désordre et l'instabilité ne sont pas des options"
©AFP

"Dès le mois de septembre, nous lancerons une vaste concertation en vue d'une loi d'orientation énergie-climat", a-t-elle annoncé lors de sa déclaration de politique générale à l'Assemblée nationale.

"Nous allons définir ensemble un plan d'action. Un plan de bataille" pour une "révolution écologique", a-t-elle martelé, ajoutant que chaque ministre aurait une "feuille de route climat et biodiversité" et qu'elle même chapeauterait la planification écologique.

Des "objectifs de réduction d'émissions, des étapes et des moyens appropriés" seront définis "filière par filière, territoire par territoire", avec les élus locaux qui "bien souvent, dans leurs territoires, ont montré le chemin", a-t-elle insisté.

La France sera la "première grande nation écologique à sortir des énergies fossiles" afin de garantir sa "souveraineté énergétique" face à des pays producteurs d'hydrocarbures comme la Russie, a-t-elle assuré.

Pour cela, elle s'appuiera sur "un mix énergétique équilibré autour des énergies renouvelables et du nucléaire", a dit Élisabeth Borne, reprenant une antienne du président Emmanuel Macron.

Pour garantir la "souveraineté de la France face aux conséquences de la guerre" en Ukraine, l'État va renationaliser EDF à 100%, a-t-elle annoncé, esquissant un parallèle avec les grandes décisions de politique publique, dont la création d'EDF, prises après 1945.

Pour réduire la dépendance vis-à-vis du gaz russe, même si la France est moins exposée en la matière que d'autres pays européens, les "consommations inutiles" vont être réduites, notamment dans le domaine du chauffage pour lequel le dispositif MaPrimeRenov sera étendu à 700.000 logements par an.

En matière de transport, un système de location de voitures électriques à moins de 100 euros par mois sera mis en place, a-t-elle également confirmé.

Élisabeth Borne a par ailleurs assuré que personne ne serait laissé "sur le bord de la route" du fait de l'abandon de certaines filières et certains modes de consommation.

"Nous avons retenu les leçons du textile et de l'acier. Chaque transition ira de pair avec un accompagnement pour la formation et la reconversion", a-t-elle promis.