Le gouvernement de Boris Johnson encore frappé par trois nouvelles démissions ce mercredi

Trois nouveaux membres du gouvernement britannique ont annoncé mercredi leur démission au lendemain des départs fracassants des ministres de la Santé et des Finances, fragilisant encore le Premier ministre Boris Johnson empêtré dans une vague de scandales.

Le gouvernement de Boris Johnson encore frappé par trois nouvelles démissions ce mercredi
©AFP

Les démissions défilent depuis mardi soir dans le bureau du Premier ministre britannique Boris Johnson. Deux membres supplémentaires du gouvernement britannique ont annoncé mercredi leur démission, au lendemain des départs fracassants des ministres de la Santé et des Finances, fragilisant encore le Premier ministre Boris Johnson empêtré dans une vague de scandales. Le secrétaire d'État chargé de l'Enfance et de la Famille, Will Quince, qui avait encore défendu le Premier ministre conservateur lundi dans la presse, a annoncé son départ, jugeant qu'il n'avait "pas le choix" après avoir répété "de bonne foi" dans les médias des éléments fournis par les services du Premier ministre "qui se sont avérés inexacts".

Laura Trott a, elle, démissionné de son poste d'assistante auprès du secrétaire d'État aux Transports jugeant que la confiance était "perdue". Ces secrétaires sont généralement considérés comme les yeux et les oreilles au Parlement du ministre auquel ils sont rattachés.

Quelques heures après, c'est au tour du ministre de l'Éducation Robin Walker de jeter l'éponge, rapportent les médias britanniques, dont la BBC. Dans une déclaration, le député de Worcester en charge des Normes scolaires déclare que le gouvernement a été "éclipsé par les erreurs et doutes sur l'intégrité" de son dirigeant.

Depuis mardi soir, 13 collaborateurs et collaboratrices du gouvernement de Boris Johnson ont démissionné, décompte la BBC.

Ces trois démissions interviennent moins de 24 heures après celles, tonitruantes, des ministres des Finances Rishi Sunak et de la Santé Sajid Javid. Les deux hommes ont également mis en avant une rupture de confiance, le premier soulignant que les Britanniques attendaient "légitimement que le gouvernement soit conduit de manière compétente et sérieuse".

Boris Johnson est empêtré dans des scandales à répétition. Le dernier en date concerne la démission de Chris Pincher, chargé de la discipline parlementaire des députés conservateurs, en raison d'accusations d'attouchements sexuels par plusieurs hommes. Boris Johnson, alors ministre des Affaires étrangères, aurait été au courant d'allégations plus anciennes visant M. Pincher au moment de sa nomination en février dernier. Le Premier ministre avait reconnu que cette nomination "était une erreur".