Accusation de viol contre Gérald Darmanin: la plaignante fait appel du non-lieu

Sophie Patterson-Spatz, la femme qui accuse de viol Gérald Darmanin depuis 2017, a fait appel mercredi de l'ordonnance de non-lieu signée vendredi en faveur du ministre de l'Intérieur, a indiqué son avocate à l'AFP.

AFP
Accusation de viol contre Gérald Darmanin: la plaignante fait appel du non-lieu
©AFP

"Loin de tout acharnement ou d'une quelconque vengeance, Mme Patterson veut simplement obtenir enfin justice et conteste fermement le bien-fondé de cette ordonnance. Elle a donc chargé mon cabinet d'en faire appel, ce qui a été fait ce jour", écrit Me Elodie Tuaillon-Hibon dans un communiqué à l'AFP.

"L'ordonnance reconnaît que Mme Patterson est sincère et sans malveillance. Cependant cette procédure a bien-sûr souffert des nombreux écueils dont souffrent encore trop de plaintes pour viol en France de nos jours: préjugés sexistes, culture du viol ou emprise de la domination masculine", poursuit Me Tuaillon-Hibon.

"Elle a également souffert d'une instruction totalement à décharge en faveur d'un ministre de l'Intérieur en exercice au moment de la procédure", ajoute le conseil, "la parole de Mme n'a pas été suffisamment prise au sérieux, la plupart des éléments qu'elle a apportés non plus".

"Déterminée et motivée, elle tient à répéter qu'elle ira jusqu'à la Cour européenne des Droits de l'Homme s'il le faut, puisque son pays, la France, n'a visiblement pas décidé de se conformer au droit européen", poursuit le communiqué.

"Courageusement, elle reste debout, non seulement pour elle mais pour toutes les victimes, et elle encourage toutes les plaignant.es qui subissent cette forme particulière de déni de justice à unir leurs efforts pour faire changer les choses", conclut Me Tuaillon-Hibon.

La juge d'instruction chargée d'enquêter sur des accusations de viol formulées depuis 2017 par Sophie Patterson-Spatz a signé vendredi son ordonnance de non-lieu, conformément aux réquisitions de janvier du parquet de Paris.

Ce dossier pourrait mettre de nombreux mois avant d'arriver à la cour d'appel. Dans un cas comparable, celui de l'ordonnance de non-lieu prononcée en faveur de Luc Besson après des accusations de viol de la part de l'actrice Sand Van Roy, six mois s'étaient écoulés.

Sophie Patterson, âgée de 50 ans accuse le locataire de Beauvau de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance, pour des faits qui se seraient produits à Paris en 2009.

"Pour la quatrième fois en cinq ans, la justice affirme qu'aucun acte répréhensible ne peut être reproché à M. Gérald Darmanin", s'étaient félicités lundi à l'annonce du non-lieu les avocats du ministre, Me Mathias Chichportich et Pierre-Olivier Sur.

Le ministre a déposé plainte pour dénonciation calomnieuse. Cette plainte "suit son cours", selon les avocats.