Incendies en Europe: 1.400 hectares de végétation incendiés et 500 personnes évacuées en Bretagne

Cet incendie s'était déclaré lundi vers 14h45 sur la commune de Brasparts (Finistère), au cœur des Monts d'Arrée.

Incendies en Europe: 1.400 hectares de végétation incendiés et 500 personnes évacuées en Bretagne
© MaxPPP

Près de 1.400 hectares de végétation sont partis en fumée dans les Monts d'Arrée (Finistère) et 500 personnes ont été évacuées, dans un incendie déclenché quelques heures après des records de chaleur historiques en Bretagne, a indiqué la préfecture mardi matin.

260 sapeurs-pompiers et 50 véhicules de lutte contre les incendies étaient mobilisés mardi matin pour lutter contre les flammes, et l'avion bombardier d'eau Dash mis à disposition par le préfet de région est à nouveau attendu sur place dans la matinée, selon un communiqué de la préfecture du Finistère.

Dans la nuit de lundi à mardi, "la progression du feu sur le secteur a amené les autorités à évacuer la commune de Botmeur, les hameaux de Ti Beron, Roquinarc'h situés sur la commune de Saint-Rivoal et du hameau de Roudouderc'h situé sur la commune de Sizun".

Deux centres d'hébergement accueillent près de 500 déplacés à Sizun et Landivisiau.

La préfecture précise également que "l'odeur de brûlé perçue actuellement sur place ne doit pas entraîner d'inquiétude, elle est due aux conditions météo qui plaquent la fumée près du sol".

Avec la vague de chaleur qui frappe l'Europe de l'Ouest, de nombreux records de température ont été battus lundi en Bretagne. Plus de 40°C ont été relevés dans le nord-Finistère, selon Météo France, ainsi qu'à Lannion (Côtes d'Armor). Le précédent record de Lannion datait de 2016 avec 35,8°C. A Brest, 39,3°C ont été relevés et 40,5°C à Rennes.

Cette chaleur écrasante a eu pour conséquence un autre départ de feu entre Saint-Brieuc et Rennes et a occasionné des retards sur les TER de la région lundi, selon le compte Twitter TER BreizhGo.

Les sapeurs-pompiers des côtes d'Armor ont assuré mardi matin que des feux avaient "démarré un peu partout lundi" mais qu'aucun ne menaçait plus les lignes de communication mardi matin.